publicité

En Martinique, de nombreux citoyens déposent leurs armes

Le décret sur la réglementation des armes a été rejeté en milieu de semaine par le gouvernement de Nouvelle-Calédonie. En Martinique, par contre, la dernière opération de restitution d'armes a été un succès.  

Opération de restitution d'armes en Martinique © Martinique 1ère
© Martinique 1ère Opération de restitution d'armes en Martinique
  • Par Elif Kayi
  • Publié le
En début de semaine, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie a émis un avis défavorable sur le nouveau décret concernant la réglementation des armes dans le pays. Le président du gouvernement, Harold Martin, avait qualifié l’instauration d'un quota et la restitution des armes sans indemnisation d’« inacceptable ».

Le fait divers sanglant qui s'est déroulé dans la nuit de vendredi à dimanche au coeur du quartier Magenta, à Nouméa, va sans doute venir relancer la polémique.  
 
Concernant la restitution volontaire d’armes, les territoires d’Outre-Mer ne sont pas tous réticents à l’initiative. C’est le cas de la Martinique, où la dernière opération qui s’est déroulée il y a peu, a été présentée comme un succès. A tel point que la préfecture a décidé de prolonger l'opération. 
 
468 armes - des fusils de chasse, carabines, pistolets et même des grenades - ont été rapportés dans les gendarmeries et les commissariats de police de l’île. 
 
Les personnes rapportant des armes sont souvent des personnes âgées, notamment des femmes dont les maris décédés possédaient des armes et qui ne souhaitent pas les conserver. Mais il y a aussi « des gens qui avaient acheté des armes, avant en vente libre, mais que la réglementation a maintenant interdites à la détention », explique le commissaire de police Eric Eudes. 
 
Si l’expérience est intéressante, il semble difficile de la transposer en Nouvelle-Calédonie. Le contexte est différent sur le Caillou, où les armes sont la plupart du temps achetées à des fins de chasse. En atteste entre autres les réactions outrées de chasseurs sur les ondes au lendemain de l’annonce du décret. 
 
Retrouvez le reportage en images de Martinique 1ère : 

 

 

Sur le même thème

  • sécurité

    Prévention de la délinquance : Dumbéa tente le rappel à l'ordre

    Trois élèves de Dumbéa ont étrenné mercredi le dispositif du rappel à l’ordre. Ayant dégradé leur collège, ou consommé de l’alcool et des stupéfiants, ils ont été reçus à l’hôtel de ville par le maire, les forces de l’ordre et leur chef d’établissement.

  • sécurité

    Dans quelles conditions peut être utilisé le Taser ?

    La question se pose après le décès d’un homme à Ouvéa début août. Le cadre juridique qui entoure l'usage de ce pistolet à impulsion électrique est strict : les décharges ne peuvent être envoyées qu'en situation d’urgence ou de légitime défense. 

  • sécurité

    Le PSIG : un entraînement régulier [IMMERSION 2/2]

    Le peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie est une unité spécialisée dans la lutte contre la délinquance urbaine. Cette unité a été créée en 2007. Pour être opérationnel, lors de leurs interventions, les hommes du PSIG s'entraînent régulièrement. Immersion.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play