Provinciales: dix-sept listes en compétition dans les trois provinces de Nouvelle-Calédonie

élections provinciales
17 listes officielles
©NC 1ère
Pas de surprise, 17 listes ont été déposées au haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie. Le 11 mai prochain, les électeurs de la liste spéciale pourront choisir parmi 6 listes en province sud, 5 en province nord et 6 aux Îles Loyauté. Etat des lieux des forces en présence.

Province sud: six listes dans le bastion non indépendantiste

Comme prévu 5 listes non indépendantistes et 1 liste d'union indépendantiste se partageront les voix des électeurs de la province sud:
 
Cynthia Ligeard, Front pour l'Unité-Rassemblement
Philippe Gomès, Calédonie Ensemble
Sonia Backès, Union pour la Calédonie dans la France
Roch Wamytan, Construisons une nation arc-en ciel
Stéphane Henocque, Convergence Pays
Bianca Hénin, Front National
 
Pour avoir la majorité absolue à la province sud, il faut obtenir 21 sièges. En effet l'institution compte 40 conseillers, dont 32 siègent au congrès (au total 54 élus au congrès). La répartition des sièges entre les groupes politiques se fait au scrutin proportionnel. Les conseillers siègent pour une durée de 5 ans.
 
Dans la mandature sortante, le Rassemblement-UMP avait perdu la majorité absolue qu'il détenait depuis la mise en place des nouvelles institutions de Nouvelle-Calédonie. Avec 15 sièges le parti de Pierre Frogier a notamment du composer avec les élus du groupe "Avenir Ensemble" aujourd'hui rassemblés sous la bannière Front pour l'Unité-Rassemblement.
 
Calédonie Ensemble (12 sièges 2009/2014) a l'ambition de "gagner" la province sud, l'objectif est simple: décrocher la majorité absolue dans la province "loyaliste" de Nouvelle-Calédonie et mettre un terme au "règne" du Rassemblement-UMP.
 
C'est la première bataille provinciale pour l'Union pour la Calédonie dans la France de Sonia Backès et  de Gaël Yanno, malgré l'analyse des résultats des municipales, il est difficile de faire un pronostic car la façon de voter des Calédoniens n'est pas la même. Dans tous les cas, si les résultats sont serrés entre le Rassemblement-UMP et Calédonie Ensemble, c'est l'UCF qui jouera un rôle déterminant dans l'organisation de la nouvelle majorité de la province sud.
 
Toujours dans le camp non indépendantiste, Pascal Vittori a finalement renoncé à s'engager dans la bataille...Stéphane Hénocque et Bianca Hénin font figure d'outsiders, les voix qui seront obtenues par ces petites composantes politiques produiront sûrement leur effet lors de la répartition des sièges entre les trois "leaders" du camp non indépendantiste. Il faut aussi ne pas oublier que dans les périodes politiquement tendues où les enjeux sont importants et c'est bien sûr le cas le 11 mai prochain, le Front National reprend toujours du poil de la bête car il est perçu comme étant l'ultime rempart contre l'indépendance par certains électeurs partisans de la Calédonie dans la France.
 
Enfin les indépendantistes ont décidé de jouer une nouvelle fois l'union en province sud avec un objectif politique clairement affiché : augmenter le nombre de sièges afin d'une part de déstabiliser le bastion "loyaliste" en espérant ainsi s'approcher de la majorité au congrès de Nouvelle-Calédonie.

Au cours de la mandature 2009/2014, 4 élus sur 40 conseillers représentaient le FLNKS au sein de la province sud, la région la plus peuplée de Nouvelle-Calédonie (190 000 habitants, 75% de la population totale de Nouvelle-Calédonie).
 

Province nord: le duel Paul Néaoutyine/ Gilbert Tyuiénon

La province nord a toujours symbolisé la rivalité entre les deux plus importantes composantes du FLNKS: l'Union Calédonienne et le Palika.
En 2009, le Palika de Paul Néaoutyine avait conservé de justesse son leadership. Cette fois-ci, Gilbert Tyuiénon, le maire de Canala qui est aussi vice-président du gouvernement, espère bien réussir à obtenir la première place pour l'Union Calédonienne.

En outsider, le Parti Travailliste dont la liste est menée par Georges Mandoué. 
Le parti de Louis Kotra Urégei et ses partisans espère améliorer les résultats obtenus aux municipales et pourrait donc se retrouver dans un rôle comparable à celui de l'Union pour la Calédonie dans la France en province sud, celui d'arbitre pour la majorité...

Contrairement aux indépendantistes dans le sud, les "loyalistes" n'ont pas réussi à s'entendre dans le bastion indépendantiste du nord.
Après des semaines " d'intenses discussions" pour reprendre l'expression d'un des "négociateurs", Calédonie Ensemble et les autres composantes non indépendantistes n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur la composition de la liste...
Les "loyalistes " du nord ont reproché à plusieurs reprises aux " appareils politiques de Nouméa" d'avoir brouillé le dialogue entre "les gens du Nord"...
C'est donc Francis Euriboa qui conduira la liste "Entente provinciale Nord" constituée peu de temps avant la clôture du dépôt des listes car il y a eu des négociations jusqu'au bout avec Gérard Poadja et ses co-listiers qui vont représenter Calédonie Ensemble en province nord.

Paul Néaoutyine, Union Nationale pour l'indépendance
Gilbert Tyuiénon, UC-FLNKS
Georges Mandoué, Parti Travailliste
Gérard Poadja, Une province pour tous
Francis Euriboa, Entente provinciale Nord


(Province nord: 22 élus dont 17 siègent au congrès de Nouvelle-Calédonie)

Province des Îles Loyauté: la palme de l'éparpillement

6 listes pour 20 000 électeurs, une fois de plus la province des Îles Loyauté s'engage dans les élections provinciales avec le record de candidatures proportionnellement à sa population: la liste "favorite" celle  de l’UC menée par Neko Hnépeune, la candidature de Louis Kotra Urégei pour le Parti Travailliste, le LKS sera également dans la course derrière Basile Citré et le Palika avec Charles Washetine comme chef de file. Il faudra aussi ajouter Jacques Lalié, tête de la liste Union pour la Construction des Loyautés, composée de dissidents du Parti Travailliste et du Collectif des usagers des Îles. 
Enfin, il faudra compter avec Simon Loueckhote qui espère bien décrocher un ou deux sièges, comme en 2004, dans cette province indépendantiste avec sa liste d’union loyaliste "L’autre Voix (e)".  Mais même si les résultats espérés n'étaient pas au rendez-vous, la liste menée par Simon Loueckhote a déjà gagné une bataille, celle d'avoir réussi à unir les non indépendantistes sous une seule bannière...


Néko Hnépeune UC-FLNKS
Jacques Lalié, Union pour construire les Loyauté 
Charles Washétine, Palika
Simon Loueckhote, L'autre voix (e)
Basile Citré, Dynamique autochtone, LKS-UPM

Louis Kotra Urégei , Parti Travailliste 

 ( Province des Îles Loyauté, 14 élus dont 7 siègent également au congrès de Nouvelle-Calédonie).


composition du congrès nc



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live