nouvelle calédonie
info locale

Corps électoral de Nouvelle-Calédonie: les indépendantistes n'ont pas participé à la réunion

politique
réunion haussariat corps électoral
©NC 1ère
L'Union Calédonienne, la Dynamique Unitaire Sud et le Parti Travailliste ont claqué la porte de la réunion organisée au haut-commissariat sur le corps électoral de Nouvelle-Calédonie. Absent, le Palika n'a pas justifié les raisons de son choix. Seul le RDO a participé aux discussions...
L’Union Calédonienne, le Parti travailliste et la Dynamik Unitaire Sud refusent d’entamer les discussions sur la liste électorale spéciale pour le ou les référendums prévu par l'Accord de Nouméa, tant qu’ils n’ont pas obtenu de réponse claire de l’Etat concernant le corps électoral restreint pour les Provinciales et le transfert des compétences de l’article 27 de la loi organique.
Pour les trois composantes indépendantistes, le résultat des dernières élections provinciales a été faussé par des listes entachées d’irrégularités. Toujours selon eux, l’Etat manquerait à son devoir de neutralité. Tromperie, trahison, jeu de dupes, Gilbert Tyuiénon et Louis Kotra Uregei ont employé des mots très durs…
Pour autant, c’est bien à l’Etat que ces trois partis entendent s’en remettre pour régler la question de la citoyenneté.

Les groupes politiques "loyalistes" ont, eux, poursuivi les négociations avec le haut-commissaire.
A l’issue de la réunion, leurs représentants, Virginie Ruffenach pour le FPU, Sonia Backès pour l’UCF et Philippe Dunoyer pour Calédonie Ensemble, ont déclaré, d’une seule voix ou presque, que l’inscription volontaire des Calédoniens sur la liste électorale spéciale du ou des scrutins référendaires, était totalement inenvisageable.

Un point sur lequel les partis indépendantistes s’accordent eux aussi. Sauf que, pour eux,  la liste spéciale pour les Provinciales, qui servirait de base à des inscriptions d’office, devrait être purgée avant.
L’Union Calédonienne, le Parti Travailliste et la Dynamik unitaire Sud posent donc un préalable au prochain Comité des Signataires. Ils ont d’ailleurs largement sous-entendu que leur participation à cet événement annuel, programmé début octobre, pourrait être remise en cause. La question doit d’ailleurs être débattue lors du prochain comité directeur de l’UC, le 27 septembre prochain.

Le Palika était aux abonnés absents de la table des discussions organisée lundi matin au haut-commissariat. Quant au RDO, même s’il est resté jusqu’au bout de la réunion, ses positions seraient au diapason de celles de l’UC, du PT et de la DUS, selon ces trois partis.


Le reportage d'Olivier Jonemann et de Nicolas Fasquel de NC 1ère

 

Publicité