nouvelle calédonie
info locale

L’économie calédonienne toujours en panne de confiance

économie
point économie NC
©NC 1ère
Selon les dernières publications de l’IEOM, l'indicateur du climat des affaires reste faible car il se redresse d’à peine 1 % au deuxième trimestre, bien en deçà de sa moyenne de long terme. Une inertie imputable à la faiblesse de la demande intérieure…
C’est finalement une double panne qui pénalise l’activité calédonienne, puisque investissement et consommation montrent simultanément des signes de faiblesse. 
 
Tout d’abord les entreprises continuent de naviguer à vue avec pour conséquences des intentions d’investir à un an qui se dégradent à nouveau, et notamment dans les secteurs du tourisme et du commerce. Preuve de ce renoncement à investir ou en tout cas de cette prudence:l’encours total des crédits aux entreprises, c’est-à-dire le volume d’emprunt, diminue une nouvelle fois au deuxième trimestre 2014  de près de 3 %. Cette baisse touche les principaux secteurs consommateurs de capitaux et plus particulièrement l’industrie en chute de 10 points par rapport au précédent trimestre. 
Et si toutes les catégories d’entreprises sont concernées, le phénomène est plus prégnant chez les grandes entreprises où la baisse des volumes de crédits atteint 9 %. 
 
Une frilosité contagieuse puisque les ménages ont eux aussi révisé leur dépenses à la baisse, bien que leur situation financière semble s’améliorer. L’IEOM (Institut d'émission d'Outre-mer) note une réduction significative des incidents de paiements. Reste que les ventes de voitures particulières chutent de plus de 13 %. Sur le trimestre, seules les importations d’articles d’habillement augmentent. 
Les foyers calédoniens, qui n’investissent pas non plus dans la pierre ou du moins pas plus : le volume des crédits à l’habitat des ménages continue de stagner. Pourtant, le coût moyen du crédit reste stable, à 3,5% selon l’IEOM. Un taux qui apparaît sur le papier supérieur de seulement 0,3 point à celui de la métropole.
 
Publicité