L’ancien président de la Fédération Calédonienne privé de football par la FIFA

football
edmond Bowen
Edmond Bowen
En Nouvelle-Calédonie, l'ancien président de la Fédération de Football, Edmond Bowen, est de retour sur le banc des accusés. Cette fois, c'est la FIFA qui a annoncé sa suspension pour trois ans. 
Sur son site Internet, la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a annoncé la suspension de l’ancien président de la Fédération calédonienne de Football, Edmond Bowen. Ce dernier se retrouve suspendu de toute activité liée au football, que ce soit au niveau national ou international, pour une durée de trois ans. 
 
Cette décision, qui est effective depuis lundi 10 novembre et a été rendue publique sur le site de la FIFA suite à la non-réponse d’Edmond Bowen pendant toute la procédure de jugement, a été prise par la chambre de jugement de la Commission d’Éthique de la FIFA, présidée par Hans-Joachim Eckert.
 
Edmond Bowen a été reconnu coupable de violation des règles de conduite générales du Code d’éthique de la FIFA. Il n’aurait pas rempli en toute honnêteté la déclaration d’intégrité, qui est obligatoire dans le cadre de sa candidature en tant que membre de la Commission de discipline de la FIFA.  
 
De quoi assombrir encore un peu plus le tableau pour l'ancien président de la Fédération calédonienne. La FIFA n'est en effet pas la seule avec qui Edmond Bowen a des contentieux. En août 2013, il avait été mis en examen pour « exercice d’une fonction malgré une interdiction ». En décembre de la même année, le juge d'instruction lui reprochant de ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire imposé dans le cadre de cette mise en examen, il avait été incarcéré au Camp Est, d’où il sortira le 2 janvier. Son avocate avait alors parlé « d’acharnement » contre son client. 
 
Sur le Caillou, le monde du ballon rond n’en finit donc pas de faire parler de lui. La Fédération calédonienne de Football est aussi actuellement en pleine tourmente. Son président par intérim, Jules Hmeun, a engagé deux procédures, dont l’une au pénal pour « escroquerie », contre Martine Sanele, jusqu’ici vice-présidente, et qui se présente comme la nouvelle présidente de la Fédération.