Gaël Yanno : « Si l’Etat veut nous amener vers une indépendance douce, l’UCF n’ira pas »

politique
Gaël Yanno Invité du JT 29/03/2015
©NC1ère
Invité du journal télévisé de dimanche, Gaël Yanno, président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie et membre de de l'Union pour la Nouvelle-Calédonie dans la France (UCF), était interrogé sur la violence de la jeunesse calédonienne, le mausolée d'Ataï, et surtout l'absence actuelle de gouvernement. 
Interrogé sur la violence actuelle dans la société calédonienne, notamment aux abords des établissements scolaires, comme dans à Païta la semaine dernière, Gaël Yanno répond : « Il y a effectivement des jeunes qui ont des comportements inacceptables ». Il souligne une perte de l’autorité et un laxisme à l’égard de certains comportements : «  Je pense que dans notre société, il y a véritablement un sursaut à avoir, puisque je pense que dans toutes les familles, il y a, tout milieux sociaux confondus, un effondrement de l’autorité, et également une permissivité trop grande à l’égard de l’alcool et du cannabis ». 
 
Sur la question du mausolée d’Ataï, sur laquelle le président du Congrès s’était exprimé récemment, Gaël Yanno tente de modérer ses propos : « J’ai dit que je saluais le travail de réconciliation par les clans. ». Mais insiste sur ce qu’il perçoit comme de possibles « dérives » : « J’ai mis en garde par rapport à des dérives sur un projet avec un mausolée d’Ataï, de musée de la colonisation, on me parle de héros national pour le peuple kanak. »
 
Au sujet de la polyclinique de Nouville, le président du Congrès explique ne pas être intervenu et rappelle simplement l'importance du dossier : « C’est un sujet essentiel puisqu’il vise à créer un établissement hospitalier dans Nouméa, moderne et c’est indispensable ». 
 
Quant à la question de l'absence de gouvernement en Nouvelle-Calédonie, Gaël Yanno prone le ralliement et l'entente des formations loyalistes. « L’UCF ne participera pas à une majorité avec les indépendantistes et il faut impérativement que les trois partis loyalistes qui siègent au Gouvernement trouvent le chemin de l’entente ».
 
Retrouvez l’intégralité de l’entretien, conduit par Alexandre Rosada, pour NC1ère :