Voh s’engage pour préserver ses langues vernaculaires

culture
Coeur de Voh
Coeur de Voh ©NC1ère
A Voh, en Nouvelle-Calédonie, le Centre Culturel et l’Eco-Musée du Café s’engagent pour préserver les langues vernaculaires de la commune.
C’est une initiative tout à fait originale que mènent le Centre Culturel de Voh et l’Eco-Musée du Café. Depuis quatre ans, ils oeuvrent pour la préservation des langues vernaculaires de la commune. Une commune qui compte à ce jour, pas moins de huit langues locales. 
 
Le concept s’intitule « les mercredis pédagogiques ». Les langues vernaculaires de la commune, sont totalement mises en valeur, grâce à la magie de contes, le plaisir de la musique et de la danse. Plaisir que partage Moutho Tidjite, originaire de la tribu de Gatope.
 
Connaître sa langue maternelle, c’est avant tout prendre plaisir à l’apprendre, surtout, dès le plus âge. La méthode n’est pas compliquée. L’environnement de l’enfant facilite l’apprentissage de la langue. 
 
Difficile toutefois quand l’évolution de la société prend le dessus. Les mercredis pédagogiques sont là pour donner du sens à la préservation de sa langue maternelle. 
 
« Avec le Centre Culturel de Voh, on a décidé d’unir nos moyens pour faire en sorte qu’on puisse valoriser et sauvegarder le patrimoine », explique Valentine Pujapujane, Chargée d’action culturelle à l’Eco-Musée du Café. « Surtout ce qui concerne les langues, parce que dans la zone de Voh, il y a une richesse : ce sont les langues ». 
 
Ecoutez les propos de Valentine Pujapujane au micro de NC1ère La Radio : 

ITW Voh 160415

 

Dans un pays porteur d’une riche diversité linguistique, la commune de Voh est en effet remarquable. A elle-seule, elle ne compte pas moins de huit langues vernaculaires. Dans une tribu, deux langues peuvent ainsi être parlées. 
 
Un concept qui porte ses fruits, grâce aussi au soutien des associations de la région. Le semestre prochain, les mercredis pédagogiques s’exporteront, cette fois-ci, à la tribu de Oundjo.