publicité

Le CHT reconnu responsable de la mort de Yorika Bouedaou

Le CHT a été reconnu responsable de la mort de Yorika Bouedaou par le tribunal Administratif de Nouméa.  Il y a 5 ans, la jeune femme était décédée suite à l’injection d’une trop forte dose de morphine. 

Le CHT Gaston Bourret à Nouméa © NC 1ère
© NC 1ère Le CHT Gaston Bourret à Nouméa
  • Charlotte Mestre
  • Publié le

« Une erreur médicale provoquée par une accumulation de grains de sable ».

C’est ainsi que le tribunal correctionnel avait qualifié cette affaire lors de son examen l’an dernier. En février 2010, cette erreur avait coûté la vie de Yorika Bouedaou. Après une opération qui s’était bien déroulée, la jeune femme de 19 ans avait succombé à une overdose de morphine : les analyses révéleront des traces 2,5 fois supérieures à la limite mortelle.
Après un classement sans suite, une réouverture de l’enquête, plusieurs renvois, seules 2 infirmières se retrouvent sur le banc des accusés. Pas de médecins, pas de chef de service, pas le CHT. Si les deux infirmières sont relaxées, les juges pénaux reconnaissent la faute médicale et l’enchaînement de dysfonctionnements qui l’ont précédée.

Le tribunal administratif reconnaît la responsabilité du CHT

L’avocate de la partie civile décide donc de saisir le tribunal administratif pour faire reconnaître la responsabilité du CHT. Responsabilité reconnue donc ce matin par les juges qui ont ainsi suivi le rapporteur public en accordant 12 millions de dommages et intérêts à la famille de Yorika. Ils ont également rejeté l’argument selon lequel la myopathie dont souffrait Yorika pourrait en partie expliquer sa mort.

La famille Yorika veut saisir le tribunal correctionnel

C’est un soulagement pour la famille qui souhaite maintenant retourner devant le Tribunal correctionnel pour poursuivre les chefs de service au moment des faits. Une question de principe a dit leur avocate.
Du côté de la direction de l’hôpital, on dit assumer totalement cette décision et être actuellement en discussion avec la compagnie d’assurance du CHT sur l’éventualité d’un appel. 

Sur le même thème

  • justice

    Huit mois avec sursis requis contre Paul Néaoutyine pour favoritisme

    Le président de la province Nord comparaissait ce matin devant le tribunal correctionnel de Nouméa pour délit de favoritisme, en compagnie de trois autres prévenus. Il lui est reproché de ne pas avoir lancé d’appel d’offres dans un marché de transport d’enfants handicapés. Délibéré le 29 octobre. 

  • justice

    L’affaire des taxi-boats sera jugée en décembre

    L’exploitant de l’île aux Canards et le pilote d’un des deux navires comparaîtront le 17 décembre en correctionnelle pour homicides et blessures involontaires. Dans la nuit du 7 au 8 avril 2017, la collision de deux navettes entre l’îlot et l’anse Vata avait fait trois morts. 

  • justice

    Un logo calédonien pour la cour d'appel de Nouméa

    A l'instar de Rennes ou Bordeaux, la cour d'appel de Nouméa adoptera un logo particulier aux côtés de Marianne, le symbole de la République. Le projet a été confié à des élèves du lycée Jules Garnier. Projet réalisé sous forme de concours dont le lauréat était désigné la semaine dernière.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play