La politique d'immigration de l'Australie critiquée à l'Onu

archives d'outre-mer
Australie
©ABC Radio Australia
Il y a quelques jours, Tony Abbott conseillait aux Européens de s'inspirer du modèle australien pour refouler les demandeurs d'asile qui arrivent sur leurs côtes. L'ancien Premier ministre n'a pas convaincu le Conseil des droits de l'homme des Nations unies.

Pendant quatre heures, des dizaines de pays se sont exprimés. Qu'il s'agisse de pays hostiles ou alliés, tous reprochent à l'Australie d'envoyer systématiquement les demandeurs d'asile arrivés illégalement dans des centres de rétention éloignés - à Nauru et à Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Des centres dans lesquels sont enfermés des enfants.

 

Voici les interventions de la Suède, de l'Allemagne et des États-Unis :

 

« Selon  le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, l'Australie est le seul pays au monde à utiliser des centres de rétention en dehors de son territoire. »

« Il faut retirer de ces centres de rétention les enfants et leurs familles, ainsi que les autres individus à risque, et notamment ceux qui ont été torturés. »

« Nous encourageons l'Australie à fournir un traitement humain et à respecter les droits des demandeurs d'asile, y compris ceux qui sont dans les centres éloignés de Manus et de Nauru. »

 

Pour sa défense, l'Australie a exposé ses deux arguments traditionnels : sa politique est certes dure, mais elle évite que des demandeurs d'asile meurent en mer en tentant de rallier ses côtes, et elle se dit attachée au principe d'équité - ceux qui veulent vivre en Australie doivent demander le statut de réfugié et non « doubler la file » en se rendant directement dans le pays. Steve McGlynn, représentant du ministère de l'immigration :

 

« Les 12 000 réfugiés supplémentaires que nous nous sommes engagés à accueillir sont un signe de notre volonté à jouer un rôle dans la réponse mondiale à ces crises. Par habitant, l'Australie est le pays qui accueille le plus de réfugiés au monde. »

 

Cette réunion de l'Onu s'est tenue alors qu'une émeute est en cours dans le centre de rétention de l'île Christmas, près des côtes indonésiennes. Des renforts de police ont été envoyés sur place. Le ministre de l'Immigration, Peter Dutton, pointe du doigt un « groupe de criminels », à l'origine des troubles, selon lui. Les incidents ont débuté dimanche soir, après la mort non expliquée d'un réfugié iranien, qui s'était échappé du centre la veille.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live