Les Kuniés de nouveau appelés aux urnes

politique
Mairie de l'Île des Pins
De nouvelles élections municipales vont se dérouler dimanche 6 décembre, à l'Île des Pins ©NC1ère
Un an et demi après les élections municipales de 2014, les habitants de l'Île des Pins sont à nouveau appelés à voter dimanche pour élire leur maire. Une succession de démissions avait en effet conduit à la tenue de nouvelles élections. 
On prend les mêmes et on recommence. Les quatre têtes de listes de 2014 repartent dans la course aux municipales à l'île des Pins. Avec cette fois-ci, une rupture bien consommée entre les deux candidats indépendantistes. L'eau, la vie chère, la continuité territoriale et la jeunesse, ce sont là les quelques priorités des candidats.

Repartir à la bataille pour conserver la Mairie de l'île des Pins, remportée en mai 2014, c'est le let-motiv de Nicodème Kouathé, la tête de liste de l'UC-FLNKS, qui s'engage à nouveau dans ces élections. Cette fois-ci, il n'y aura pas d'entente possible avec le Palika. "Nous sommes bien décidés à partir seul et à ne plus faire alliance", insiste le candidat indépendantiste. "Si on gagne, on gagne, mais si on perd, on perd la tête haute". 
 

Les divisions Indépendantistes

L'an dernier, les deux formations indépendantistes (UC et Palika) avaient formé une alliance pour s'emparer de la mairie. Ce moment historique avait mis fin à plus de vingt ans de règne du Grand Chef et Sénateur, Hilarion Vendégou. 
 
Mais cette union n'aura durée que 18 mois. Les élus du Palika avaient entre autre jugé la gestion de la mairesse, Sarah Vendégou, trop arbitraire. 
 
Cette situation a entraîné une succession de démissions au sein du conseil municipal du Palika et des Républicains. "C'est important que les gens sachent pourquoi nous avons démissioné (...) C'est un manque de rigueur de la gestion financière et administrative", s'exclame, Marie-Hélène Konhu, la candidate du Palika. "Par-dessus tout, le choix d'une secrétaire générale a mené l'institution municipale droit dans le mur. Pourtant, nous avons tiré à plusieurs reprises la sonnette d'alarme".
 
Ecoutez les propos de Marie-Hélène Konhu au micro de Cédrick Wakahugneme pour NC1ère La Radio : 

ITW Kohnu 021215

 

Une élection avec les mêmes candidats

Dimanche prochain, les quatre têtes de listes de 2014 vont repartir dans la course aux municipales. L'an dernier, Nicodème Kouathé, avait recueilli 33,56% des voix au premier tour des municipales. Le candidat de l'UC-FLNKS fera campagne sur l'eau. Un thème cher, selon lui, à l'ensemble des Kuniés. "C'est notre priorité. Nous essayons de détecter les fuites d'eaux et les réparer. Certains réseaux datent d'une quarantaine d'année", incite t'il. "Il faut que tous les Kuniés puissent avoir l'eau chez eux". 
 
Ecoutez les propos de Nicodème Kouathé au micro de Cédrick Wakahugneme pour NC1ère La Radio : 

ITW Kouathe 021215

 

L'eau sera notamment au cour de la campagne de la liste FLNKS du Palika portée par Marie-Hélène Konhu. Cette secrétaire médicale avait recueilli 25,5% des suffrages au premier tour en 2014. Paradoxalement, le Palika tire un bilan positif des 18 mois d'exercice municipal. "Certains pensent que l'on n'a pas fait grands choses", souligne Marie-Hélène Konhu. "Mais sachez que pendant tout ce temps, nous avons longuement ouvré pour notre jeunesse". 
 
Agé de 74 ans, l'ancien maire de l'île et Grand Chef, Hilarion Vendégou, s'engage de nouveau dans ces élections municipales, sous la bannière des Républicains. Avec 31% de voix remportés l'an dernier, il fera cette année campagne sur le bilan de ses précédents mandats. "Aujourd'hui, la collectivité municipale a été mal gérée", insiste le candidat des Républicains. "Il va falloir remettre de l'ordre dans tout çà". 
 
Ecoutez les propos de Hilarion Vendégou au micro de Cédrick Wakahugneme pour NC1ère La Radio : 

ITW Vendégou 021215

 

Calédonie Ensemble revient également dans la course. A 48 ans, Mickael Leme part confiant. En 2014, il n'avait pas dépassé la barre des 10% et n'avait donc pu atteindre le second tour. Cette année, il mise sur la vie chère. «"Avec la continuité territoriale, les déplacements sur l'île coûte encore trop cher. 8000 FCPF pour huit aller-retours dans l'année", souligne t'il. "Nous pouvons convenir avec la Province Sud de maintenir un montant qui soit quasiment fixe pour toute l'année". 
 
Ecoutez les propos de Mickael Leme au micro de Cédrick Wakahugneme pour NC1ère La Radio : 

ITW Leme 021215

 

Des Kunié, déçus mais décidés à aller voter

Plus de 1500 électeurs seront appelés aux urnes dimanche prochain. A quelques jours des fêtes de fin d'année, les électeurs sont partagés entre déception et résignation. 
 
"Il faut que la population prenne conscience que la gérance d'une mairie, c'est une gérance administrative, ce n'est pas comme une gérance d'entreprise", commente une habitante. "Elle demande de la compétence". 
 
"Je pense que les jeunes sont déçus de voir comment la mairie en est arrivée là", commente une jeune femme. 
 
D'une manière générale, les Kunié semblent toutefois décidés à retourner aux urnes dimanche prochain pour faire entendre leur choix. "J'invite la jeunesse au vote le 6. Ne pas s'abstenir, mais voter, voter", conclut un habitant. 
 
Ecoutez les réactions des habitants de l'Île des Pins au micro de Cédrick Wakahugneme pour NC1ère La Radio : 

Microtrott Ile des Pins