A Paris, les élus préparent le Comité des signataires

politique
Comité des signataires
©Laura Philippon La 1ère
Le 14e Comité des signataires ouvre ses portes officiellement ce jeudi à Matignon. L’ensemble des formations politiques du Territoire Calédonien sont attendues pour trois jours de travaux. A l’ordre du jour : le litige électoral, la sortie de l’Accord de Nouméa et  le Nickel.
Paris : capitale emblématique des discussions calédoniennes. C’est devenu, un rendez-vous quasiment annuel pour les politiques du Territoire de la Nouvelle-Calédonie. Le 14ème Comité des signataires se tiendra du jeudi 4 au samedi 6 février 2016. A la différence des autres Comités des signataires, celui-ci s’annonce quelque peu serein puisqu’au départ de Nouméa aucun boycott n’a été annoncé.
 
Les arrivées des principaux participants se sont échelonnées la semaine dernière sur la capitale Française. La dernière délégation est arrivée dans la nuit de lundi à mardi. Il s’agit de la délégation de l’Union-Calédonienne conduite par Rock Wamytan, signataire des accords de Matignon-Oudinot et de Nouméa.
 

Les réunions préparatoires


En marge de ce Comité des signataires, les élus Calédoniens rencontreront les différents ministères. Le calendrier des rencontres est échelonné. Ainsi, tour à tour, chaque délégation sera reçue au Ministère de l’Outre-mer, à Matignon et à l’Elysée. Les politiques rencontreront directement les conseillers de Georges Pau-Langevin, Manuels Valls et François Hollande.
Ces rencontres à huis clos ont un seul objectif : faire le point sur les positions des uns et des autres sur les différents dossiers à l’ordre du jour : celui du corps électoral, l’avenir Institutionnel de la Nouvelle-Calédonie et l’épineuse question du Nickel.
 

Le Calendrier du Comité des Signataires

La journée de Jeudi à Matignon sera la plus longue. Manuel Valls, le Premier Ministre, ouvrira les travaux. Son allocution va permettre de donner le ton des échanges et des discussions. Une journée studieuse consacrée aux questions à dominante politique.
 
Concernant le dossier des listes électorales pour les provinciales, l’expert Ferdinand Melin-Soucramanien dévoilera les résultats de son évaluation quantitative. Il s’agira pour l’ensemble des partenaires de trouver un accord politique. Ce comité des signataires sera l’occasion pour les élus Calédoniens de faire également le point sur la préparation de la consultation électorale de sortie de 2018. 
 
La seconde partie de cette journée de jeudi mettra l’accent sur l’Avenir Institutionnel de la Calédonie, avec le rapport de la mission conduite par Alain Christnacht. Les différents experts présenteront leurs travaux, les points de convergences et de divergences sur le sujet. Les partenaires devront définir une méthode de travail pour 2016. Il est urgent en effet pour l’ensemble des partenaires de se mettre autour de la table.  
 
Le vendredi, les élus Calédoniens se retrouveront rue Oudinot, au Ministère de l’Outre-mer. Cette réunion sera plus technique sur les transferts de compétences et l’article 27, les contrats de développement, l’Adraf. Autre sujet d’actualité,  la sécurité des Calédoniens après les différents incidents survenus sur la commune de Thio.
 
Et enfin, samedi, le nickel sera au cœur des discussions à travers les échanges au sein du GTPS (Groupe des Présidents de Provinces et des signataires de l’Accord de Nouméa) et la mission de Michel Colin, Haut- Fonctionnaire de l’Etat. La méthode sera la même. Les élus Calédoniens devront trouver une méthode de travail et non acter une position ou un schéma. L’objectif de l’Etat est de rapprocher l’ensemble des points de vue.