Futsal. Les origines de la sélection Cagou

sportncla1ère
La sélection calédonienne pour les qualifications océaniennes de la Coupe du Monde
Debout de gauche à droite : Steve LAIGLE adjoint sélectionneur (ESH)/David WADRIAKO (Ferrand) non retenu /Thomas EZCURRA coach des gardiens (Olympique)/Ronan EUZEN Capitaine et gardien (Olympique)/Malik PAULET (Olympique)/Ridge UE (Ferrand)/Jess POARAIROUA (ESH)/René TASSMAN (Koniambo) non retenu/Ludovic BOIT (Olympique)/Franck GELLENONCOURT (Olympique)/Maurice HAMU (Ferrand)/Arnaud LLAMBRICH gardien (Ferrand)/BRET William sélectionneur (Olympique) Accroupis de gauche à droite : Olivier LEFEVRE préparateur physique (Olympique)/Jean-Michel PONDAE (Poindimié)/Christ PEI (Poindimié)/Joël DJAMOET (ASPTT) non retenu /Wahid BEN AMEUR (Olympique) non retenu/Ivan POUROUORO (ESH)/Marcel PABOU (ESH)/Loïc CAUNES (ESH)/Mainon KAOUWI (ESH). ©R.Painbéni, FCF
Tour d'horizon de l'effectif qui prendra part aux qualifications océaniennes pour la Coupe du Monde 2016. La sélection calédonienne s'envole ce vendredi 5 février pour Fidji.
PROFIL DE L'EQUIPE
14 joueurs du territoire vont participer au tournoi de qualification qui débutera le 8 février prochain jusqu'au 13 du mois à Suva. Parmi eux, deux gardiens et douze joueurs de champ. Le portier et capitaine Ronan Euzen (Olympique) et Ivan Pourouoro (ESH), qui ont disputé toutes les campagnes de sélection depuis la création du futsal en Nouvelle-Calédonie, sont les plus expérimentés.
Jean-Michel Pondaé et Chris Peï, licenciés à Poindimié, ne pratiquent eux le futsal que depuis un an et demi. Ils vont découvrir le niveau international, tout comme Franck Gellenoncourt (Olympique).
 
LA SUPER LIGUE EN FORCE
Champion de Super Ligue 2014 et 2015, l'Olympique de Nouméa est fortement représenté dans l'équipe cagou avec quatre éléments (Euzen, Boit, Paulet, Gellenoncourt) et une grande partie du staff technique (le co-sélectionneur William Bret, l'entraîneur des gardiens Thomas Ezcurra et le préparateur physique Olivier Lefevre).
Son dauphin, l'ES Houaïlou, a lui aussi été "pillé". Jess Poarairoua, Marcel Pabou, Loïc Caunes, Mainon Kaouwi, et Ivan Pourouoro ont tous été retenus. Leur coach, Steve Laigle, est co-sélectionneur.
Outre les joueurs de Poindimié cités plus haut, figurent également Ridge Ué, Maurice Hamu et Arnaud Llambrich du FC Ferrand, auteur d'un doublé coupe-championnat en 2013.
 
QUALITES RECHERCHEES ET NIVEAU
Au futsal, les matchs se jouent en salle en deux mi-temps de 20 minutes et à 5 contre 5. Le terrain est moins long et plus étroit que sur les pelouses et le jeu beaucoup plus rythmé qu'à 11 contre 11. Les remplacements sont illimités et sept joueurs peuvent être alignés sur le banc, en plus des cinq titulaires (un gardien et quatre joueurs de champ).
"En moyenne, un joueur de futsal va rester entre 2 minutes 30 et 5 minutes sur le terrain avant d'être remplacé. Il n'y a pas vraiment de poste dans la mesure où l'on permute beaucoup. Il y a cependant des aptitudes chez certains à bien défendre ou à savoir jouer dos au but. Il faut savoir bien se servir du ballon, posséder une qualité de passe sèche (rapide au sol), et être disponible. Le terrain est petit et on avance par passes. Le duel se gagne par la passe plus que par le dribble" explique William Bret.
"Dans la sélection futsal, tous les joueurs viennent du football à 11. Ils ont tous évolué à un bon niveau avant de se mettre au futsal. Notre championnat existe depuis 2005 et le niveau a fortement augmenté. Les joueurs ont changé leurs habitudes et se sont adaptés à ce style de jeu. En sélection, des résultats sont arrivés et on s'est dit "pourquoi ne pas aller plus haut" ?
 
ET APRES ?
La trajectoire est ascendante et certains clubs s'inscrivent dans cette démarche de progression. C'est le cas du FC Ferrand qui s'est déplacé en 2015 pour des tournois en Nouvelle-Zélande, en Espagne et en métropole. Une contribution pour l'évolution de la discipline. D'autres pistes sont explorées.
"On aimerait bien que le champion de Calédonie de futsal puisse jouer la Coupe de France" ajoute William Bret. Des pourparlers seraient en cours à ce sujet. 
En attendant cette éventuelle concrétisation, le futsal calédonien tentera de décrocher son billet pour le Mondial 2016. Le départ est proche et l'excitation palpable. "Tout le monde est impatient après huit mois de préparation, des séances dans le Nord et dans le Sud, et un programme chargé le mois dernier". Les Cagous s'envoleront vendredi pour Fidji. Leurs adversaires dans ces éliminatoires de la Coupe du Monde, zone Océanie ? Le pays hôte, la Nouvelle-Zélande, le Vanuatu, Tahiti et les Iles Salomons.