Agression sexuelle à Vavouto: rassemblement solidaire des salariés et sous-traitants de KNS

sécurité
Vavouto
©NC 1ère
Les salariés et sous-traitants de KNS se sont rassemblés à 8h ce vendredi matin devant le site de Vavouto durant une vingtaine de minutes. Femmes et hommes, employés et  responsables, ont voulu marquer leur solidarité avec la victime de l’agression sexuelle qui a eu lieu mercredi soir.
Les faits se sont déroulés au moment où la personne quittait son bureau. Ce rassemblement avait aussi pour but d'alerter la direction sur le sujet de l’insécurité, car cette agression n'est pas la première à être survenue sur le site. 

Isabelle Roumagnac, employée sur le site de KNS, explique : "On avait jusqu'à avant-hier le sentiment d'être en sécurité. Cette agression représente donc un gros choc, qui nous fait réaliser qu'on n'était pas tant que ça en sécurité. C'est pour cela que nous nous sommes tous rassemblés ici ce matin: d'une part, pour montrer notre soutien à la victime; et d'autre part, pour montrer aussi à tout le monde, qu'on ne veut pas que ça se reproduise, et qu'on espère que la direction mettra en place tous les moyens nécessaires pour cela"...

De son côté le syndicat USOENC a indiqué avoir "demandé à la direction du Travail de la Nouvelle-Calédonie de diligenter une enquête en collaboration avec le comité d’hygiène de sécurité et des conditions du travail du site industriel de Koniambo Nickel à Vavouto, afin de garantir la sécurité et la protection de tout personnel féminin salarié de KNS ou entreprises intervenantes".


Isabelle Roumagnac, employée de KNS, est au micro de David Sigal

roumagnac itw