Les avions d'Air Calédonie peuvent de nouveau décoller

social
Trois avions Air Calédonie Aircal aérodorme Magenta (14 juillet 2017)
Une partie de la flotte d'Air Calédonie à l'aérodrome de Magenta. ©NC 1ère / Cédric Michaut
Un avion est parti de Magenta en direction de Lifou à 13h30, ce vendredi. Les vols intérieurs reprennent, en Nouvelle-Calédonie, après le protocole d'accord de sortie de conflit signé entre Aircal et le syndicat UT CFE-CGC.
[MISE A JOUR]

Passagers d’Air Calédonie, la grève est finie! La nouvelle est tombée ce vendredi 14 juillet, en milieu de journée : peu après midi, la direction générale de la compagnie domestique et le syndicat UT CFE-CGC ont signé un protocole d’accord de sortie de conflit. Le premier vol a pu décoller de Magenta à 13h30, en direction de Lifou. 
 

Plus de 2000 personnes touchées

La grève du personnel navigant technique pénalisait l’ensemble du plan de vols depuis jeudi matin. Ce sont finalement plus de 2000 personnes, en partance pour le long week-end de trois jours, qui ont été impactées. La raison de ce mouvement: le mécontentement causé par des sanctions de la direction envers des pilotes.

Davantage de contradictoire

Des sanctions que le syndicat continue à contester pour deux commandants de bord. L’UT CFE-CGC prévient qu’il sera vigilant pour les prochaines procédures disciplinaires, et c’est ce sur quoi l’accord semble avoir porté : injecter davantage de contradictoire dans ce type de processus. Dominique Manaté, vice-président du syndicat.


Dès que la solution a été trouvée, il a fallu s'atteler à recaser les passagers pénalisés, détaille Samule Hnepeune, un directeur général soulagé. 

 

Paroles de passagers

Les trois avions de la compagnie seront restés cloués au sol durant un jour et demi. Une bien mauvaise surprise pour les nombreux passagers du pont du 14 juillet. Certains ont pu partir tôt ce matin, en passant par Air Loyauté. D’autres semblaient pris en otage par la grève. Ecoutez les avis recueillis à l’aérodrome de Nouméa par Jeannette Peteisi, avant que l’on n’apprenne la signature du protocole. 


Il est encore trop tôt pour évaluer le coût de ce mouvement, mais il n'arrangera pas les comptes de la compagnie, déjà impactée par le passage des cyclones Cook et Donna.


Les Outre-mer en continu
Accéder au live