publicité

Cent personnes au chevet d'un «Kea Trader» toujours plus dégradé

Ce qui reste du Kea Trader sur le récif Durand accuse une nouvelle dégradation, décrit le dernier point de situation diffusé par l’Etat. Il évoque également des conditions d'intervention qui «demeurent difficiles» pour la société chinoise qui retire les débris immergés.  

Cette vue de l'épave date du 10 octobre 2018. © Shanghai Salvage company
© Shanghai Salvage company Cette vue de l'épave date du 10 octobre 2018.
  • Par Françoise Tromeur
  • Publié le , mis à jour le
Ce qui reste du Kea Trader sur le récif Durand accuse une nouvelle dégradation. C'est ce qui ressort du point de situation diffusé par les services de l’Etat ce vendredi soir. Il évoque des conditions qui «demeurent difficiles».
 

Malmené par la houle

«Les panneaux de cale qui recouvrent la cale n°5, située sur la partie arrière du navire, se sont affaissées sous l’effet de puissants trains de houle, décrit le communiqué. Sur la partie avant, un conteneur vide, qui était situé en pontée a également été écrasé avant d’être projeté par-dessus bord.»
 

«Plus de cent personnes mobilisées en permanence»

Un contexte qui n’est pas pour faciliter, ni sécuriser, le travail sur site de Shanghai Salvage. Le dispositif mis en place par la société de sauvetage représente «plus de cent personnes mobilisées en permanence», avec les navires De Jin, Hua Ao et Ju Li (qui doit quitter les eaux calédoniennes à la fin du mois pour des raisons liées à la saison cyclonique)
 
Le porte-conteneurs, pris le 13 octobre. © Shanghai Salvage society
© Shanghai Salvage society Le porte-conteneurs, pris le 13 octobre.
 

Château arrière

Ces dernières semaines, les manœuvres de l’entreprise chinoise désormais diligentée par l’armateur du porte-conteneurs «se sont principalement concentrées sur le retrait des débris flottants potentiels du château arrière», décrit le compte-rendu signé du haussaire. 
 

117 tonnes extraites depuis juin

«L’effort a également porté sur le retrait des débris immergés», poursuit-il. Vendredi dernier, Shanghai Salvage aurait retiré l’équivalent de 16,8 tonnes. Soit un peu moins de 117 tonnes otées du récif depuis le mois de juin. 
 

Moyens lourds toujours en attente

Pour autant, les moyens lourds qui ont été annoncés ne seraient toujours pas engagés. Ils demandent des préparatifs qui se poursuivent. Rappelons que le porte-conteneurs s'est encastré sur ce récif au Sud-Est de Maré le 12 juillet 2017, il y a maintenant quinze mois.
 
Sous un autre angle, toujours le 13 octobre. © Shanghai salvage
© Shanghai salvage Sous un autre angle, toujours le 13 octobre.

Sur le même thème

  • mer

    A Nouméa, plus de place pour accueillir les bateaux de plaisance

    La Nouvelle-Calédonie est le deuxième plus important site de plaisance de l'ensemble des territoires français. Mais à Nouméa, les marinas sont saturées, et des années d'attente sont parfois nécessaires pour obtenir une place. Conséquence : les mouillages forains se sont multipliés.

  • mer

    Barge chavirée : la province Nord veut des réponses

    Le président de la province Nord de Nouvelle-Calédonie tape du poing sur la table une semaine après le chavirage, à Poum, d'une barge transportant environ 300 tonnes de minerai de nickel. Alors qu'on en sait un peu plus sur l'accident, Paul Néaoutyine exige des «clarifications».

  • mer

    Un bateau de pêche secouru sur les récifs d’Entrecasteaux

    Porté disparu mercredi soir, un petit bateau de pêche a été retrouvé jeudi midi, à hauteur de l'atoll Pelotas situé au Nord-Ouest de la Nouvelle-Calédonie. Il a été pris en charge ce vendredi matin par un autre navire. Le commandement de la zone maritime évoque un manque de carburant.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play