Congé paternité : des papas de plus en plus demandeurs

famille
Photo thème de bébés : couffins à l'hôpital
©NC la 1ere
Depuis le 1er juillet, les papas de Métropole bénéficient de 28 jours de congé paternité, au lieu de 14 auparavant. Dont sept obligatoires. Bien loin des deux jours auxquels ont droit les Calédoniens. Des pères qui souhaitent pourtant de plus en plus passer du temps avec leur bébé. 

Finn est arrivé pendant le confinement, en mars. Son papa Collin a dû s’organiser au mieux. Il a pris ses deux jours de congé paternité qu’il a complété avec des vacances pour atteindre quinze jours. Et il a repris quinze jours un mois plus tard. "Deux jours c'est trop court. Ce sont des moments qui ne sont pas évidents. Gérer un bébé, nerveusement c'est dur."

Deux jours c'est trop court. Gérer un bébé, nerveusement c'est dur.

Collin, le papa de Finn


De son côté, Nicolas va bientôt être papa, son premier bébé doit naître fin octobre. Il va poser son congé paternité à la naissance et il prendra le relai plus tard avec des vacances. "Une fois qu'elle aura fini son congé maternité, moi je prendrai un mois de vacances, pour des questions d'économies au niveau de la crèche et pour profiter du bébé. Les deux."

Heureusement pour lui, son métier lui permet de poser des congés à cette période. "J'ai un manager assez jeune qui a mon âge. Lui aussi, il a des enfants, donc il comprend."

Des papas obligés de poser des congés

Aurélie est sage-femme. Pour elle, il est important que le papa soit présent les premiers jours. "Il y a de plus en plus de papas qui posent des congés. Je pense que les pères sont vraiment demandeurs. Ils prennent leur place. Pour les petits c'est extrêmement sécurisant d'avoir ce couple parental autour du bébé pour faire face aux premières difficultés. Ce sont des choix de société et on a encore du chemin à faire."

Générations NC, le parti de Nicolas Metzdorf a déposé une proposition de loi pour allonger le congé paternité à l’horizon 2023. "A un moment donné, il faut savoir ce qu'on veut pour notre société. On ne peut pas demander au papa de prendre plus de place dans le foyer, à la maman d'être plus en relations professionnelles et en même temps dire au papa on continue comme avant. Je pense que l'idée est soutenue par l'ensemble des groupes politiques. La question sera financière bien évidemment."

Une proposition de Générations NC



Ce genre de mesure a un coût, mais l’objectif est de permettre aux papas de s’investir dès les premiers jours. A travers le monde, la situation des pères est toujours très inégalitaire. Les Finlandais bénéficient de 54 jours et l’Islande compte près de deux mois de congé paternité payé, tout comme l’Espagne. En Grèce, la situation est la même qu’en Calédonie avec seulement 2 jours. 

 
Mais une évolution en la matière semble mal engagée pour le moment sur le Caillou. La question a été étudiée ces derniers mois. D’après Thierry Xozame de la direction du travail, le seul frein reste l’argent. La mesure coûterait trop cher. 

Les précisions de Thierry Xozame