publicité

L'industrie calédonienne, l'essor de la transformation

L'industrie calédonienne est composée de l'industrie de transformation qui pèse 9% du PIB, du nickel 5 % et de la production d'électricité. La question est simple : peut-on encore développer cette industrie locale en se dirigeant vers davantage de qualité et des prix compétitifs ?

  • Par Karine Boppdupont
  • Publié le
Revoir l'émission
Lorsque l'on parle de l'industrie calédonienne, on pense tout de suite au nickel. Mais notre industrie de transformation, qu’on appelle aussi industrie manufacturière, produit quasiment deux fois plus de richesse et emploie, à elle seule 5 500 salariés. 

Si elle suscite une certaine fierté de la part des Calédoniens, elle souffre parfois d’une mauvaise image : prix élevés, choix limité, qualité des produits, autant de critiques qui reviennent régulièrement dans les propos des consommateurs.

Peut-on faire prospérer l'industrie calédonienne tout en maintenant une qualité de produits acceptable et des prix compétitifs ?
C'est tout l'enjeu de l’industrie calédonienne et de ce nouveau numéro d’Eclairages, le mag

Les invités :

Xavier Benoist, président de la FINC, fédération des industries de NC

On a trois grands secteurs industriels en NC : l'industrie extractive du nickel, l'industrie de l'énergie produisant de l'électricité en grand essor avec les fermes photovoltaïques, l'industrie de transformation manucfacturière qui regroupe plusieurs filières, l'agroalimentaire, le textile, les produits du batiment, la signalétique, l'impression, le numérique, donc des secteurs assez différenciés.

Aurélie Zoude-Le Berre, présidente de l'Autorité de la concurrence de la Nouvelle-Calédonie
Leurs missions :
  1. sanctionner les pratiques les entrprises qui ont un fort pouvoir de marché pour évincer la concurrence ou augmenter les prix
  2. prévention
  3. consultative on peut les saisir pour avis sur la concurrence
Alban GOULLET ALLARD, Président du conseil d’administration New Caledonia Trade & Invest 

on souhaite développer des accords bilatéraux complémentaires comme avec le Vanuatu avec lequel on a un accord complémentaire qui permet d'importer des produits et services que l'on n'a pas et le Vanuatu va faire exactement la même chose pour la Nouvelle-Calédonie, donc oui aujourd'hui par rapport à la taille de notre marché on doit procéder de la sorte.

Les sujets 


Ducos est le berceau de l'industrie de transformation. Il y a 40 ans le foncier y était encore abordable et beaucoup d'entreprises s'y sont installées. Mais face à l'inflation de nombreux sites de transformation ont dû émigré vers le grand Nouméa, c'est le cas de la menuiserie Beynetou fondée en 1972...








Les produits locaux font face à des coûts de production élevés de ce fait ils ne sont pas compétitifs par rapport à l'importation. Les pouvoirs publics ont pu protéger l'industrie localemais est-elle plus compétitive pour autant et bénéficie-t-elle d'une meilleure image ?
Pourquoi exporter, est-ce que les produits sont compétitifs à l'étranger ?
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play