publicité

BLUE BOAT

En 2016, une nouvelle défraie la chronique en Nouvelle-Calédonie. Plusieurs navires en situation de pêche illégale sont arrêtés par l’Armée française. Des bateaux en bois, tous de couleur bleue...
On allait bientôt les appeler les nouveaux pirates du Pacifique.

  • Par Karine Boppdupont
  • Publié le , mis à jour le
Revoir l'émission
Blue boats : la bande annonce


Entretien avec les réalisatrices


Dominique Roberjot et Christine Della-Maggiora ont mis trois ans pour tournée ce film. Explications d'enquête exclusive sur la pêche illégale dans le Pacifique.

Pourquoi ce film ?

Lorsque les premiers Blue Boats sont arrivés en Nouvelle-Calédonie, notre curiosité a été immédiatement piquée au vif. Pourquoi des pêcheurs prenaient-ils le risque de naviguer durant plus de 40 jours pour pratiquer une pêche illégale près de nos côtes ?
Mais le réel déclic pour partir dans l’aventure de cette réalisation a été le contenu des cales des Blue Boats : des bêches de mer.
Nous avons déjà réalisé et produit deux films sur la pêche de cette échinoderme qui représente la deuxième ressource d’exportation de produits halieutiques dans le Pacifique Sud, juste après le thon.

Une ressource en souffrance dont les stocks ont été surexploités et dont la valeur sur les marchés chinois ne cesse de monter tandis que les fonds se vident. Ce film est devenu le troisième volet d’une trilogie sur la bêche de mer, même si l’axe principal est surtout tourné sur les pêcheurs et les raisons qui les poussent à venir jusque dans les ZEE des pays du Pacifique.
BLUE BOAT, le film : EXTRAIT 1

Enfin, la troisième chose qui nous a poussé à faire ce film a été de vouloir regarder ce phénomène d’un point de vue plus large que l’événement en soit sur notre Caillou. Vue de Nouvelle-Calédonie, il semblait que les Vietnamiens étaient les « méchants »… Mais comme dit un sage africain, « il y a toujours un lion derrière la Hyène ». Dans ce film, nous avons donc essayé de comprendre ce que cache la venue de ces bateaux. Sont-ils les seuls responsables ? Si on regarde ce phénomène d’un point de vue géopolitique… Alors on comprends que cette pêche illégale n’est pas le simple fait de quelques pirates… C’est un phénomène beaucoup plus complexe et cela pose des questions profondes sur l’avenir de nos océans, sur la préservation de la souveraineté des pays insulaires du Pacifique et sur l’avenir des migrations dans un monde où les ressources vont finir par s’éteindre si rien n’est mis en place au niveau local, régional et mondial.

Combien de temps à duré le tournage ?

Les tournages de ce films se sont étalés sur le temps car cela a demandé beaucoup de recherches, des recherches de budget également pour pouvoir sortir de la Nouvelle-Calédonie et tourner dans 3 autres pays. Nous remercions d’ailleurs le Fonds d’Aide du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, l’Agence du Forum des Pêches du Pacifique des îles Salomon qui ont soutenu ce film financièrement ainsi que l’IRD, l’ONG PEW qui nous ont apporté une aide technique.
Nous avons mis au total 3 ans pour faire ce film, mais nous aimons faire des films sur la durée… Au fil des recherches et des mois, les informations se précisent, les différents enjeux deviennent plus clairs, ce qui nous permet d’offrir au final un film avec de la matière à moudre à chacun d’entre nous pour comprendre les enjeux de la pêche illégale chez nous, dans le Pacifique et de manière globale.

Quelle a été la grande difficulté de ce film quand on sait que vous êtes remontés à la source jusqu’au Vietnam?

La difficulté a bien entendu été de tourner au Vietnam. Le Vietnam, comme la Chine et de nombreux autres pays sur notre planète est une dictature, il ne faut pas l’oublier. Au nom de l’économie ces dernières années de nombreux pays ont lissé leur image et le mot dictature semble aujourd’hui oublié. Pourtant…
Au Vietnam comme en Chine, la liberté de la presse est très réduite. Ce sont des pays où des journalistes ou des bloggeurs sont aujourd’hui en prison pour le simple fait d’avoir voulu s’exprimer. Je parle aussi de la Chine car nous aurions aimé aller tourner une séquence en Chine pour ce film, mais nous n’avons pas trouvé de chemin.
Le chemin pour le Vietnam a été de se faire passer pour des touristes. La difficulté était de trouver des traducteurs. Nous avons eu la chance de tomber sur des étudiants qui ont accepté de nous accompagner. Des images qui peuvent sembler simple comme tourner sur les chantiers de construction des Blue Boats ou en bord de mer, étaient là-bas considérées comme un acte entièrement illégale. Nous avons d’ailleurs en fin de tournage été repérées et arrêtées par la police vietnamienne qui nous a expliqué que l’ensemble du bord de mer au Vietnam est interdit aux caméras car c’est une « frontière »… On a passé pas mal de temps au poste, mais les cartes SD cachées dans nos chaussures, nous avons pu repartir sans soucis. Notre nationalité française nous a beaucoup protégées aussi.
Malgré les interdictions, nous voulions tourner de manière esthétique en prenant notre temps… Nous avons sorti notre caméra, notre trépied, notre micro perche dans des lieux publics… Nous avons eu de la chance de n’être repérées qu’à la fin du tournage.

Comment avez-vous pu recueillir la parole des pêcheurs chez eux au Vietnam ?

Nous avons été accompagnées par plusieurs étudiants qui se relayaient pour nous faire les traductions. C’était compliqué car le sujet de la pêche illégale est tabou sur les ports de pêche. Nous avons cherché à obtenir des informations sans jamais vraiment révéler le sujet de notre film car nous savions que sinon nous serions immédiatement dénoncées à la police.
La situation est devenue très tendue lorsque nous avons identifié des pêcheurs qui ont été arrêtés en Nouvelle-Calédonie. Lorsque nous sommes arrivées au village, la police était déjà là… Nous avons caché nos caméras et avons été obligées de partir incognito. Mais nous voulions interviewer ces pêcheurs, nous avons donc donné le relais à une caméraman et un réalisateur qui a la double nationalité française et vietnamienne que nous avons identifié durant nos recherches. Il connaissait très bien les pêcheurs. Il a pu nous ramener l’interview que nous attendions.
Et puis au îles Salomon, nous avons été aidées par le destin… Nous avions l’autorisation de rencontrer les pêcheurs vietnamiens en prison mais personne à Honiara ne parlait le vietnamien. Nous étions en train de prier ciel et terre alors qu’il ne nous restait que 48H pour faire ces interviews, lorsque nous avons rencontré une Calédonienne d’origine vietnamienne qui était à Honiara pour collecter de l’Art traditionnel. Elle a accepté de nous suivre dans la prison et c’est grâce à elle que nous avons réussi à obtenir les interviews… Un beau clin d’oeil de l’univers !
On a le sentiment – à la fin du film - qu’au final il n’y a pas d’alternatives pour ces pêcheurs ?
Notre vision suite à ce film, c’est qu’en effet il y a peu d’alternative pour ces pêcheurs s'ils restent dans le même schéma. C’est un problème qui va toucher tous les pêcheurs du monde si on continue.

Mais aussi les agriculteurs etc…

Le problème est un problème de schéma économique. Penser que l’économie peut s’accroître et que l’exploitation des ressources est illimitée est une absurdité. On le sait aujourd’hui. Même la notion de développement durable pose question car la terre n’est pas extensible. En réalisant ce film, nous devons avouer que nous avons été traversé par un grand doute sur l’avenir car ce que nous avions face à nous est une nouvelle forme de migration qui montre que la pression sur les ressources naturelles est en train de monter. Une pression évidente aujourd’hui en Asie où la population est devenue tellement importante que la question de comment la nourrir se répercute sur le monde entier.
BLUE BOAT, le film : EXTRAIT 2

Mais des alternatives, si on y réfléchit, il y en a, cela demande juste de changer les schémas économiques. En créant des réserves, on crée de l’emploi sur le long terme. On offre au monde des perspectives pour l’avenir. C’est pour cela que le Pacifique Sud, la Nouvelle-Calédonie sont de véritables joyaux et qu’il faut protéger nos lagons, notre océan car la partie du monde dans laquelle nous vivons est souvent invisible aux yeux du monde mais nous sommes, en tout cas d’un point de vue halieutique, un espoir.
Les alternatives pour ces pêcheurs tant que les stocks de poissons ne seront pas reconstitués : la reconversion. L’ONG AFEPSV qui travaille à aider les pêcheurs plongeurs du Vietnam va dans ce sens. Il existe des possibilités dans le tourisme, dans la surveillance des réserves, dans d’autres métiers. Mais seule une volonté politique apportera ce changement et pas seulement celle du Vietnam… C’est un changement régional en mer de Chine qui doit s’opérer et au niveau mondial.
Au Vietnam, les pêcheurs sont pauvres, leur vision est à très court terme : trouver de quoi nourrir leurs familles. Ils continueront à pêcher illégalement si on ne leur offre pas d’autres opportunités.

Comment régler le problème de la ressource halieutique dans le pacifique alors que la Chine passe des accords de pêche avec les pays de la région ?

Aujourd’hui les gouvernements n’osent pas critiquer la Chine car c’est LA puissance économique. Son président nous parle de Gouvernance Mondiale… Mais n’oublions jamais que c’est une dictature.
Après, ce n’est pas à nous, réalisatrices, de dicter aux pays de la région leurs actions, mais ce film nous montre que « le lion derrière la hyène », c’est la Chine. L’argent rapide et facile à travers les prêts est une stratégie vieille de mille an… Comme disait le Président des États-Unis, John Adams :

« Il y a deux manière de conquérir et d’asservir une nation, l’une et par les armes, l’autre par la dette » 

La Chine n’est pas inquiétée par l’Europe ou les Nations Unies en Mer de Chine et sa politique de pêche montre qu’elle n’a aucune sensibilité à la préservation des environnement. Alors que la Mer de Chine se vide, elle multiplie les achats de licences de pêche dans les petits États Insulaires du Pacifique et ailleurs dans le monde. C’est inquiétant d’un point de vue géopolitique pour la souveraineté future de ces pays et pour l’avenir de nos fonds marins et donc de notre autonomie alimentaire. Les ressources du Pacifique sont très précieuses, plutôt que de les brader, il faudrait peut-être prendre la mesure de leur valeur.

Les solutions : créer des réserves, se coordonner d’un pont de vue régional et au niveau mondial, mettre la pression sur la Chine pour qu’elle créé des réserves dans sa propre ZEE.

Voilà un peu notre vision, mais nous ne faisons pas de politique. Ce genre de film d’enquête documentaire, c’est surtout un outils pour donner la parole à différents acteurs afin que chacun se fasse sa propre idée sur un sujet. Nous ne sommes pas vraiment là pour apporter des solutions mais surtout pour dévoiler la complexité des enjeux afin que chacun se fasse sa propre idée et agisse à son niveau pour l’avenir de notre planète.

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play