publicité

CANNIBALES ET VAHINÉS

Le Cannibale et la Vahiné forment un couple inséparable. Un couple qui colle à la peau de l’Océanie comme un mauvais masque de carton-pâte.
 

  • Par Karine Boppdupont
  • Publié le , mis à jour le
Revoir l'émission
L’histoire ne date pas d’hier. Depuis le XVIIIème siècle, l’Occident porte un regard mi-fasciné, mi-effrayé sur les « îles lointaines des mers du Sud ». D’un côté, les archipels sous le vent et leur délicieuses naïades en paréos sur fond de mer turquoise. De l’autre, les îles noires peuplées de dangereux mangeurs d’hommes.

Si Cannibales et vahinés aborde des questions historiques et ethnologiques complexes et traite d’un sujet grave — le regard déformé et déformant que porte, depuis plus de deux siècles, l’Occident sur le Pacifique et ses habitants — ce film est avant tout un récit de voyage. 
Un voyage palpitant et amusé à travers les clichés qui se sont forgés depuis la fin du XVIIIe siècle et perdurent aujourd’hui encore !
Un voyage dans les archives, multiples et diverses par leur type (films, musique, images, photos, etc.), leur origine et leur date.

Quête passionnante à travers les étals de l’exotisme bon marché. Un voyage aux côtés de Roger Boulay, ethnologue, qui a abondamment travaillé sur ces questions et a monté, l’an passé encore, une exposition toujours sur ce thème et baptisée « Le magasin des petits explorateurs » pour le musée du Quai Branly. 

Un voyage, enfin, d’île en île, de la Nouvelle-Calédonie à la Polynésie, en passant par le Vanuatu (lieu aujourd’hui encore d’improbables « Kannibal tours » organisés pour les touristes), d’interlocuteurs en interlocuteurs, pour interroger les faux-semblants d’aujourd’hui et les maigres morceaux de réalité arrachés aux mers du Sud. Les préjugés sont coriaces, ils traversent les temps se transforment, s’adaptent aux époques.

Mise en scène et en image de la vision que les Européens ont toujours eu des Océaniens. Vision très large allant des images d’Épinal et du paradis sur terre aux angoisses liées au cannibalisme et à la sauvagerie. 

                     

publicité
vos programmes tv