Le crépuscule des Idoles, un film de Antoine Laguerre

Mangareva est l’ile principale des Gambiers.
Derrière la carte postale Mangareva fut le théâtre d’une « théocratie Missionnaire » conduite par le père Laval. Une épopée humaine comme en témoignage le patrimoine architectural des lieux. Une histoire autoritaire et passionnante.

  • Par Karine Boppdupont
  • Publié le
C’est un minuscule archipel, l’un des plus reculé de la planète, les Gambier.
Oublié au beau milieu de le l’océan Pacifique, c’est la partie émergée d’un ancien volcan dont le cratère approche les 35 kilomètres de diamètre, de sorte que chaque île est visible l’une de l’autre, dans ce qui forme un véritable lagon volcanique.
Si éloigné de la civilisation… pourtant, au siècle dernier, une poignée de missionnaires venus de France va s’y installer et détruire méthodiquement tout le passé et les croyances des insulaires, ce qui équivaudra, avec les maladies importées par les blancs, à la quasi-totalité extinction de la population, qui passe de 15000 à 500 habitants en 20 ans.
Aujourd’hui, l’archipel compte plus de 10 églises monumentales, et aucun prêtre pour y professer la foi. Une fois par an seulement, un prélat y est dépêché pour officier la messe de Noël ou des Pâques.

Extrait


Le crépuscule des Idoles, un film de Antoine Laguerre
LE CREPUSCULE DES IDOLES
Documentaire réalisé par Antoine Laguerre
Production : Les Films du Pacifique Tahiti & Mérapi Productions
Coproduction : Polynésie la 1ère
Durée : 52 minutes
Année : 2019