Roch Pidjot, le souffle de la dignité : un documentaire d'Itinéraires

30 ans après sa disparition, Roch Pidjot reste une figure tutélaire sur le chemin de la reconnaissance du peuple kanak. Discret, il a laissé peu d'images de lui. Le film remonte au début du XXe siècle pour brosser le portrait du premier député kanak, politique incontournable de Nouvelle-Calédonie.

© AV COM/ Bonobo production
© AV COM/ Bonobo production
  • Par Karine Boppdupont
  • Publié le , mis à jour le

Précurseur dès 1953, il fut un des premiers élus kanak dans les institutions françaises, en tant que conseiller général, avec son parti l'Union calédonienne, dont il fait partie des fondateurs. Du reste, son nom est toujours associé au fameux slogan du parti "deux couleurs, un seul peuple". 

Né le 8 novembre 1907, il grandit à La Conception, une tribu administrée par les Pères maristes, en partie protégée des violences de l’administration coloniale. Roch Pidjot, son frère et ses soeurs vont à l’école, privilège pour des enfants kanak. Mais Roch Pidjot est très vite confronté à l’atmosphère étouffante du Code de l’indigénat. C'est sa jeune épouse, Scholastique Togna dont les aïeux ont été décimés, qui contribue à sa prise de conscience. 

© AV COM/Bonobo production
© AV COM/Bonobo production

Lorsqu'en 1946 le code de l'indigénat est aboli, donnant la citoyenneté de l'Union française aux Kanaks (qui n'ont pas tous encore l'accès au suffrage universel), il se lance dans la politique sous la houlette du père Luneau en créant l'Union des indigènes calédoniens amis de la liberté dans l'ordre (UICALO), un des mouvements créés alors pour défendre les intérêts des Kanaks et reposant sur des bases catholiques.

Devenu également chef de la Conception, il enchaînera les fonctions politiques : élu au Conseil du Gouvernement comme vice-président, il sera ministre de l'économie puis deviendra député en 1964 jusqu'en 1978.

« Il a été premier en tout. Premier président de l’Uicalo, l’organisation catholique fondée pour exiger la reconnaissance des droits des Indigènes, premier président de l’Union Calédonienne. Il sera l’un des deux premiers ministres kanak du gouvernement territorial et jouera un rôle majeur». 

Jean-Claude Bonnevie attaché parlementaire de Roch Pidjot

 

Pour l’historien Olivier Houdan, c’est là que, déçu par le manque de dialogue avec ses collègues de l’Assemblée nationale, et les ministres successifs, il évoluera inexorablement du désir d’autonomie à la volonté affichée d’indépendance. Avant de passer le flambeau à la jeune génération, par exemple Jean-marie Tjibaou qui lui succèdera à la tête de l'Union calédonienne en 1986.

Discret, Roch Pidjot a laissé peu de traces de lui en images, il a par contre écrit toute sa vie et mis de côté des documents précieux : personnels, politiques, mais aussi émanant de la chefferie de La Conception.

Ces derniers sont fort rares souligne l’archiviste Ingrid Waneux Utchaou. Ce trésor de mémoire se trouve aux Archives Territoriales de Nouvelle-Calédonie et attend à bras ouvert les plus jeunes qui éprouveraient le besoin de voyager dans le temps pour mieux comprendre le présent.

Fiche technique 

Réalisation :  Marina Paugam et Jean-Michel Rodrigo

Production : AVcom - Bonobo productions et France Télévisions

Durée : 52 minutes

 

Le mot du réalisateur 

Le titre du film, je l’ai vu naitre lors d’une interview.

Nous étions monté toute  l’équipe  pour rencontrer  Jean-Pierre Aïfa, un des collaborateurs de Pidjot lors de l’autonomie de la Nouvelle Calédonie entre 1960 et 1970. Aïfa comme Pidjot siégeaient à l’Assemblée territoriale et lors des tournées de Pidjot en brousse ils partaient tous les deux rencontrer les tribus. « Autour d’un feu le soir, Roch Pidjot écoutait, il parlait peu. C’était son rôle de chef : il devait écouter comme l’avait déjà fait avant lui son père Joseph. » nous disait Jean Pierre Aïfa.

 

Une avant-première diffusée au centre culturel Tjibaou a rencontré un franc succès, ci-dessous des réactions du public venu nombreux.

Réactions suite à l'avant-première au centre Culturel Tjibaou du documentaire "Roch Pidjot, le souffle de la dignité".  -