Eveil océanien : le choix périlleux des indépendantistes

gouvernement de nouvelle-calédonie
Eveil océanien : communiqué sur la chute du gouvernement Santa
©NG

Dans un communiqué, l'Eveil Océanien déplore que la «politique de la bipolarisation montre encore une fois ses limites.» La situation de crise exceptionnelle du pays exige des membres du gouvernement qui soient détachés de la question de l’avenir institutionnel.

Pour sa première participation à un gouvernement collégial, l’Eveil Océanien avait la foi des néophytes. Le jeune parti avait su recomposer un paysage politique au delà des clivages habituels portant Roch Wamytan à la tête du congrès de la Nouvelle-Calédonie, et Thierry Santa à la présidence du gouvernement.

Un accord de gouvernance leur avait permis d'accéder :

Le choix périlleux des indépendantistes

Dans un communiqué, l’Eveil Océanien considère que le combat des idées doit demeurer dans la sphère institutionelle et dans les règles de la démocratie. Et s’étonne de ce choix périlleux fait par les indépendantistes. Il craint que les conséquences ne soient lourdes pour le pays. La chute de ce gouvernement a un goût amer.

Vaimu'a Muliava, membre du gouvernement démissionnaire explique : « j’avais l’espoir que cela puisse continuer étant donné que dans les derniers mois , les discussions menées au gouvernement, la collégialité s’exerçait vraiment. Notamment dans l’adoption du DOB - débat d’orientation budgétaire - suivi du budget que nous allions présenté prochainement. C’est pour cela que c’est décevant.»

« J’avais l’espoir que cela puisse continuer étant donné que ces derniers mois, les discussions menées au gouvernement, la collégialité s’y exerçait vraiment. 

Vaimu’a Muliava

 

Aller au delà des considérations indépendantistes ou loyalistes

Le communiqué rappelle les défis à venir qui vont au delà des considérations indépendantistes ou loyalistes, pour l’Eveil Océanien, «la politique de la bipolarisation montre encore une fois ses limites.»

Selon Vaimu'a Muliava, membre du gouvernement démissionnaire « la situation de notre pays, avec les crises successives sur le plan à la fois, économique, social et sanitaire, exige des membres qui soient détachés de la question de l’avenir institutionnel.Quoi qu’il arrive demain, que l’on soit indépendant ou que l’on reste au sein de la France, les problèmes demeureront

«  Quoi qu’il arrive demain, que l’on soit indépendant ou que l’on reste au sein de la France, les problèmes demeureront. »

Vaimu’a Muliava

 

Dans ce communiqué, l'Eveil Océanien explicite la situation exceptionnelle dans laquelle le pays évolue :

  • dix milliards de recettes fiscales en moins,
  • trente milliards de dettes pour les comptes sociaux,
  • sans compter le poids économique et social des mines, et
  • celui du covid-19

Et de conclure, que cette situation exceptionnelle « exige de dépasser les discours haineux, radicaux et racistes qui fleurissent ici et là.» 

cette situation exceptionnelle exige de dépasser les discours haineux, radicaux et racistes qui fleurissent ici et là.

Communiqué de l'Eveil Océanien

 

Reportage Bernard Lassauce et Nicolas Fasquel