Ils roulent pour une mobilité plus verte

environnement
Eco-mobilité
©Mathieu Ruiz-Barraud
Co-voiturage, voiture hybride, voire électrique, déplacements à vélo… Des idées qui s’imposent de plus en plus, alors que l’idée de protéger l’environnement gagne en importance. Voilà le contexte dans lequel s’ouvre, dès mercredi prochain, la semaine de la mobilité. 
Est-ce que le futur sera fait de trottinettes électriques dans les rues de Nouméa ? Est-ce qu’on roulera en voitures électriques même au fin fond de la chaîne ?
Ça, l’avenir nous le dira. Mais déjà, de nombreux acteurs publics ou privés essaient d’engager des réflexions sur le transport pour mettre à mal le principe du tout-voiture, encore très présent ici, en Nouvelle-Calédonie.
 

Dépendance aux énergies fossiles

Et cette semaine européenne de la mobilité est justement là pour mettre en avant ces pratiques. Caroline Rantien, représentante de l’agence de la transition écologique de Nouvelle-Calédonie, l’ADEME, qui relaie l’événement sur le territoire.

Le secteur des transports consomme énormément d’énergie fossile. On est dépendants des approvisionnements extérieurs, responsables des émissions de gaz à effets de serre, donc du réchauffement climatique. Et de la pollution liée à tout le trafic routier, les particules, qui sont très néfastes pour la santé.

Caroline Rantien, représentante de l'Ademe


 

Mine et environnement, deux activités compatibles ?

En Calédonie, ce sont 18 entreprises et acteurs publics qui sont associés à l’Ademe pour cette semaine de la mobilité, dont une société spécialisée dans les engins de mines, ce qui n'est pas forcément incompatible avec l’idée de protection de l’environnement, selon son directeur Jean Christophe Nyssens, qui se défend de faire du « green washing », une méthode bien connue de marketing qui consiste à communiquer auprès du public en recourant à des arguments écologiques.

Le groupe a pris une orientation pour réduire l’impact sur l’environnement au niveau international. Et pour ses 100 ans, on a un programme dans lequel finalement nos opérations locales viennent s’inscrire et qui va vraiment au-delà de juste d’un « je m’habille en vert » pour faire bien.

Jean Christophe Nyssens, directeur de Komatsu

 

Les entreprises à l’heure de l’éco-mobilité 

Au menu, la mise en place de co-voiturage, la réflexion sur l’achat de véhicules hybrides ou électriques pour le parc de voitures de service ou la formation à l’éco-conduite. Autant de pistes qu’on retrouve chez beaucoup d’autres adhérents. L’OPT, EEC, la Province Sud, les Forces armées ou encore la gendarmerie… Même si les gendarmes en trottinette, ce n’est pas pour tout de suite.  
A noter que cette semaine de la mobilité se conclura le 22 septembre par la journée mondiale sans voiture.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live