La chasse à la roussette devant la justice

justice
Roussettes
Roussettes en Nouvelle-Calédonie ©NC1ère
Il était question de chasse à la roussette ce jeudi 4 août au tribunal correctionnel de Nouméa.
Trois hommes ont comparu pour de chasse de nuit ou en temps prohibé, et atteinte à la conservation d’espèces animales protégées. Sur fond de débats opposant réglementation et coutume. Compte rendu.
Félix, le père, comparaissait en son nom et en celui de son fils, accusé d’avoir tué une roussette la nuit du 23 mars 2016, à l’île des Pins.
« Les gendarmes vous ont trouvés accompagné d’un chien, qui tenait une roussette dans sa gueule », annonce le président en guise de préambule.
Droit comme un I face au juge, Félix explique que c’est avec son arme que son fils a tiré sur l’animal.
« Vous avez déclaré, je cite, l’avoir engueulé pour cela », l’apostrophe le président. « Oui, je connais les dates », répond Félix.
« Donc vous savez qu’il n’a pas respecté la réglementation » . « Oui, mais chez nous à l’île des Pins, en mars, c’est la fête de l’igname nouvelle, et avec l’igname, on mange des roussettes et de la tortue ».
« Mais la loi est la même pour tout le monde », intervient le président. « Eh bien on devrait l’établir après avoir consulté la population », rétorque Félix. « Vous pourriez congeler les roussettes ». «Ça n’a pas le même goût, la roussette, avec l’igname, il faut la manger fraîche ».
Le fils de Félix a finalement écopé d’une amende de 50 000 francs, réclamée par la province Sud. L’arme va leur être restituée.
Réglementation chasse à la roussette
La chasse aux roussettes est interdite 11 mois sur douze en province Sud. Elle est seulement autorisée en avril, les week-ends, du lever au coucher du soleil. Et contingentée, à hauteur de 5 roussettes par jour et par chasseur.  Le non-respect de cette réglementation est passible d’une amende de 3 500 000 francs et de 2 ans de prison.