La plongée sous-marine, un nouvel outil thérapeutique

santé
Plongée en Nouvelle-Calédonie
La plongée sous-marine sur ordonnance existe désormais. Elle a été mise au point par une équipe de chercheurs français. ©Christian Favennec / NC la 1ère
La plongée sous-marine est une thérapie très efficace contre la dépression et le stress post-traumatique. Le docteur Mathieu Coulange, chef du service du CHU de Marseille, anime une conférence sur le sujet, mercredi 2 mars, à 18 heures 30 à l'Université de la Nouvelle-Calédonie.

Les plongeurs sous-marins connaissaient les effets thérapeutiques de la plongée sous-marine sur la santé physique et psychique, depuis des décennies. C'est désormais prouvé scientifiquement, grâce aux travaux d'une équipe de chercheurs française Le docteur Mathieu Coulange et son équipe de recherche ont conduit cette aventure inédite.

"En 2015, nous avons mené la première étude. Les attentats n'étaient pas encore là et nous avons montré que cela diminuait le stress, chez les plongeurs tout-venant. Après les attentats, nous avons lancé [l'étude, NDLR] sur le stress post-traumatique, puis sur l'épuisement professionnel", contextualise Mathieu Coulange, chef de service au CHU de Marseille, spécialisé en médecine de plongée.

Le 13 novembre 2015, l’attentat du Bataclan a laissé des survivants qui n'étaient plus que l’ombre d’eux-mêmes. Ils ont été suivis, en Guadeloupe, par toute une équipe médicale et psychiatrique. Douze jours en immersion, à raison de 2 heures de plongée par jour.

Plus efficace que d'autres loisirs

"Nous avons voulu utiliser les méthodologies que nous utilisons pour tester les médicaments. Nous avons pris des populations de plongeurs, puis, une fois qu'ils étaient appareillés, nous avons tiré au sort une vingtaine qui faisait de la plongée ainsi qu'une vingtaine qui menait d'autres activités bénéfiques pour la santé", détaille le chercheur. "Nous avons regardé avec des indicateurs, des questionnaires, mais également des mesures des fréquences cardiaques, de la qualité du sommeil, s'il y avait de vraies différences significatives."

Mathieu Coulange, chef de service au CHU de Marseille
Mathieu Coulange, chef de service au CHU de Marseille, anime une conférence sur ces travaux, mercredi 2 mars, à 18h30, à l'université. ©Christian Favennec / NC la 1ère

Les résultats ont été à la hauteur des espoirs. "Nous avons démontré, comme pour un médicament, que la plongée était beaucoup plus efficace que d'autres activités de loisir", confirme Mathieu Coulange. Les bénéfices sur la santé sont incontestables. C’est une véritable résilience qui se profile.

Des recherches poursuivies en oncologie

Les Français ne sont pas les seuls à mener ces recherches. "Si nous sommes les premiers à avoir publié dans ce domaine, nous nous sommes rendus compte qu'il y avait énormément d'équipes. Il y a notamment une équipe, à Barcelone, qui travaillait sur les mêmes thématiques. Une autre équipe s'est rapidement mise à travailler en oncologie, sur les bienfaits post-cancer, sur la résilience. Cette idée est mondiale, elle est en train d'évoluer très très rapidement et de modifier les objectifs de la plongée", observe ce spécialiste.

La plongée sous-marine sur ordonnance, que l’équipe française a déjà mise en place, devient le prolongement naturel de cette thérapie qui allie la relaxation, la sophrologie et la méditation de pleine conscience, avec pour seul médicament un aquarium qui soigne. Et, pour certains, qui guérit de l’indicible.

Retrouvez le reportage de Karine Arroyo et Christian Favennec :

©nouvellecaledonie