publicité

Les Fidji vont être « plus exigeantes » dans le choix de leurs amis

Le Premier ministre fijdien a profité de la 71e Assemblée générale des Nations unies pour annoncer des changements en matière de politique étrangère. À l'avenir, l'archipel ne cherchera plus à « n'avoir que des amis », il choisira les pays avec lesquels il veut travailler et échanger.

Le Premier ministre fidjien, Frank Bainimarama. © ABC
© ABC Le Premier ministre fidjien, Frank Bainimarama.
  • Par Yvan Avril
  • Publié le
Assumant désormais le rôle de ministre des Affaires étrangères, en plus de celui de Premier ministre, Frank Bainimarama précise ses critères de sélection : ses pays « amis » doivent « partager les mêmes valeurs et principes, et notamment le respect du droit international, des droits de l'homme, de la dignité humaine et de la non-ingérence dans les affaires inférieures ».
 
L'Australie et la Nouvelle-Zélande ne sont pas nommées, mais clairement pointées du doigt. Et ce n'est pas une surprise, commente l'analyste politique Tess Newton-Cain : 
« C'est une réaffirmation publique de ce que les Fidji disent depuis un moment, surtout depuis 2009, lorsque l'archipel s'est clairement détourné de ses alliés traditionnels pour nouer des partenariats avec d'autres pays. Depuis les élections démocratiques de 2014, des mesures ont été prises des deux côtés pour améliorer les relations bilatérales, avec des résultats mitigés. »
 
La réconciliation ne semble pas imminente, en effet : ces derniers jours, on a vu l'Australie et la Nouvelle-Zélande s'inquiéter de l'arrestation de six figures de l'opposition aux Fidji, et le Premier ministre fidjien dénoncer à l'Onu la politique d'immigration australienne. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play