Nakéty accueille son premier minéralier pour la Chine

nickel
nickel Nakéty minéralier, photo Marguerite Poigoune
Au troisième trimestre 2018, les prévisions d’investissements des entrepreneurs étaient pessimistes, surtout dans la mine et la métallurgie ©Archives NC la 1ere
Arrivé ce 17 mai dans la baie, le navire va charger 60 000 tonnes de latérites. Elles partiront le 23 mai à destination d’un fondeur chinois.
La SMT, la société des mines de Tontouta – qui appartient au groupe Ballande, peut respirer.
Après des baisses significatives des importations de QNI, en 2014 et surtout, en 2015, le site de Nakety à Canala commençait à être engorgé. Les autorisations d’exportations vers la Chine, obtenues auprès du gouvernement en avril dernier (300 000 tonnes sur 18 mois), représentent donc une vraie bouffée d’oxygène pour la SMT.
 
3 clients chinois ont répondu à l’appel d’offre de la SMT qui a dû accepter des conditions de contrats dégradées : latérite vendue à bas prix, en dessous des prix de QNI, mais cela permet de couvrir le coût marginal de production.
Il y avait urgence pour cette mine de Nakety puisqu’il faut se débarrasser de la latérite sur mine pour pouvoir accéder aux saprolites plus riches.

Le reportage de Marguerite Poigoune

Reportage chargement Nakéty 170516

 
Pour mieux comprendre les enjeux, relire ici

Nickel Nakéty minéralier
7 le navire est arrivé à 10 h ce 17 mai en baie de Nakéty ©NC1ere/Marguerite Poigoune
Nickel Nakéty minéralier
Le chargement a débuté à la mi-journée. ©NC1ere/Marguerite Poigoune
Nickel Nakéty chargement
Le chargement se fera jusqu'à lundi prochain. ©NC1ere/Marguerite Poigoune
Nickel Nakéty chargement
Les camions se succèdent. ©NC1ere/Marguerite Poigoune
Nickel Nakéty chargement
60 000 tonnes de latérites vont partir vers la Chine. ©NC1ere/Marguerite Poigoune
Nickel Nakéty chargement
Les rotations se succèdent entre le quai et le navire. ©NC1ere/Marguerite Poigoune
Nickel Nakéty chargement
La latérite est acheminée sur le navire par des barges. ©NC1ere/Marguerite Poigoune