Préparation des champs d’igname à Tiga : des précautions pour éviter les feux de forêt

agriculture
Igname Tiga 1
©Clarisse Watue / NC la 1ere
La saison administrative des feux de forêt, coïncide avec la préparation des champs d’igname. L’une des étapes de la préparation, consiste à brûler la parcelle qui accueillera les tubercules. À Tiga, la méthode est réalisée avec précaution, pour éviter les catastrophes.
La végétation sèche qui jonche le sol de l’une des parcelles du lieu de culture des habitants de Waio, à Tiga, est consumée par les flammes. Le terrain a été défriché il y a une semaine, par les jeunes de Tokanod.

C’est au coeur de cet espace que Watele Kotra 70 ans, va installer son champ d’igname. Mais avant d’y mettre feu, « il faut bien nettoyer les abords du champ. Il faut qu’il n’y ait plus du tout de brindilles sur les bords. Certains ont provoqué des incendies parce que cette étape importante, n’a pas été appliquée », assure le cultivateur.
Igname Tiga 2
©Clarisse Watue / Nc la 1ere
 

Éviter les incendies

Le septuagénaire, qui cultive des tubercules depuis sa tendre enfance a toujours respecté à la lettre, ces méthodes transmises par ses parents. Afin d’éviter à tout prix, les incendies. Car sur la petite île de Tiga, rattachée administrativement à celle de Lifou, l’eau se fait rare. L’île est également dépourvue de moyens pour lutter contre les incendies précise Danou Wabete, agriculteur local.
 

On est vraiment démunis ici à Tiga, de par notre situation géographique et les moyens de desserte aérienne ou maritime. On n’est vraiment pas à l’abri de ce genre de phénomènes, donc on fait attention - Danou Wabete, agriculteur à Tiga

Igname Tiga 3
©Clarisse Watue / NC la 1ere
 

Relations

Les habitants sont attentifs à la nature dans laquelle ils évoluent, mais aussi et surtout à leurs voisins de parcelles.

« On n’est pas souvent voisins avec les mêmes familles et les même clans, donc on fait attention de ne pas blesser les personnes alentours », poursuit l'agriculteur.

Malgré le manque d’eau et le manque de moyen en matière de sécurité, les Si Toka ont toujours su s’adapter, afin de préserver leur nature luxuriante et la paix, sur l’île. 
Igname Tiga 4
©Clarisse Watue / Nc la 1ere

Le reportage de Clarisse Watue : 

Préparation plantation Igname Tiga reportage

Les Outre-mer en continu
Accéder au live