Evènements d'Ouvéa: les symboles forts de la réconciliation

Ouvéa
©NC 1ère
Que d'images fortes voire historiques lors de ces commémorations 2013! 25 ans après l'attaque de la gendarmerie de Fayaoué et le drame de la grotte de Gossanah, 24 ans après l'assassinat de Jean-Marie Tjibaou et Yeiwéné Yeiwéné, la réconciliation est visible et émouvante...
Les regrets exprimés avec sincérité par certains assaillants de la gendarmerie de Fayaoué, la présence du Comité du 22 avril  et de militaires en uniforme devant la stèle des 19 victimes indépendantistes, les familles Yeiwéné et Tjibaou qui ont reçu l'hommage des proches de Djubelly Wéa, l'assassin des deux leaders indépendantistes : personne n'aurait pu imaginé que 24 et 25 ans après les tragédies d'Ouvéa, les proches des victimes réussiraient à accomplir un tel travail de réconciliation!


La commémoration de l'attaque de la grotte de Gossanah ( 5 mai 1988) avec ce reportage de Thèrèse Waia et Sylvie Hmeun de NC 1ère.


Le 4 mai 1989, un an presque jour pour jour après la tragédie de la grotte d'Ouvéa, le président et leader charismatique du  FLNKS, Jean-Marie Tjibaou, et son bras droit, Yeiwéné Yeiwéné, sont assassinés  par un opposant indépendantiste Djubelly Wéa lors de la cérémonie de levée de deuil organisée sur l'Île.
La signature des Accords de Matignon et d'Oudinot (26 juin 1988) par Jean-Marie Tjibaou et des symboles forts comme cette célèbre poignée de mains entre Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou ont été vécus comme des actes de traîtrise par certains extrémistes indépendantistes...



lafleur tjibaou
Ce 4 mai 1989, trois hommes sont tués, Jean-Marie Tjibaou, Yeiwéné Yeiwéné mais aussi leur assassin Djubelly Wéa, abattu par l'un des gardes du corps des leaders indépendantistes.
En 2013, 24 ans après le drame, la famille Wéa a rendu hommage à la mémoire de Jean-Marie Tjibaou et de Yeiwéné Yeiwéné...



Les Outre-mer en continu
Accéder au live