Les touristes manquent à l'appel aux Loyauté, la gérante d'un gîte de Lifou doit s'adapter

tourisme lifou
Gîte de Lifou case à Luengöni
Bella Patel devant une case traditionnelle de son gîte situé à Luengöni. ©Clarisse Watue / NC la 1ere
La fermeture des frontières de la Nouvelle-Calédonie jusqu'en mars 2021 enfonce un peu plus le clou pour les structures touristiques des îles Loyauté. Bella Patel gère un gîte à Lifou... privée de sa clientèle étrangère, elle doit trouver des idées pour faire face aux difficultés financières.
Bella Patel dirige un petit gîte au coeur de la tribu de Luengöni dans le sud de Lifou depuis plus de 10 ans.  La crise sanitaire en cours l’a privée d’une bonne partie de sa clientèle… de quoi mettre en péril son activité. Avant la crise, elle recevait une trentaine de clients par mois. Depuis le mois de mars, elle n'accueille plus que 10 à 15 clients.
 

Là en ce moment financièrement c’est difficile... 
- Bella Patel, gérante d'un gîte à Lifou

 

Les factures s'accumulent malgré le manque de clients

Patente, RUAMM, factures d’eau et d’électricité… les traites n'ont pas changé. Chaque mois l'activité de Bella génère des frais allant jusqu’à 100000 francs, une somme qu’elle a du mal aujourd’hui à débourser. Même si elle a pu bénéficier des aides de l’état et de la province des îles pour maintenir son entreprise à flot, la mère de famille a choisi de s'organiser de son côté pour pouvoir payer ses factures à temps. 
 

Vendredi je vais faire une petite activité pour essayer de combler, de payer un peu mes traites, après si ça continue je vais faire une opération bougna. On fait aussi de l’agriculture, on a des ignames, des patates… il faut trouver des solutions.

 
Gîte de Lifou à Luengöni
©Clarisse Watue / NC la 1ere


Mais Bella regrette sa clientèle venue de tous horizons.
 

J’aime bien recevoir des gens de l’extérieur chez moi, on parle de plein d’autres choses qui changent de la vie communautaire à laquelle on est habitué dans les îles. On change de conversation, on partage sur plein d’autres choses qui se passent dans le monde, dans la vie de chacun. Moi je voyage au travers de mes clients.


Pas question pour Bella de se laisser abattre. En attendant un retour à la normale elle garde un esprit positif et ne manque pas d’idées pour s’en sortir. 
 

A Wedrumel aussi

Autre exemple de gîte qui a bien ressenti l'absence des touristes, celui de Hnaie Passil, dans la tribu de Wedrumel. Mais la gérante garde son optimisme et son énerhie.
Le reportage de Clarisse Watue et Carawiane Carawiane 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live