nouvelle calédonie
info locale

À Ouvéa, le transport scolaire se complique 

éducation ouvéa
transport scolaire ouvéa
©Michel Bouilliez
Les transports scolaires sont désormais payants pour les élèves de maternelle et du primaire. Ils sont supprimés pour les élèves du collège, sauf pour les internes. Résultat : les internats des trois collèges sont saturés et les parents sont désemparés.
Mauvaise surprise pour les parents d'Ouvéa. Pour ne citer qu'un exemple, Edwige Bolo doit désormais s’occuper elle-même du transport scolaire de Stan, son fils de 11 ans, scolarisé au collège Guillaume Douarre. "C'est un peu dur, surtout pour les parents qui n'ont pas de moyens pour venir à l'école. Après quand nous on rentre, on voit tout le temps les enfants marcher sur la route, ça fait quelque chose... et puis si jamais il y a un accident" confie-t-elle.
 

Gratuité supprimée 

RAMASSAGE SCOLAIRE OUVEA
©Michel Bouilliez

Jusqu’à l’an dernier, la commune transportait gratuitement les 600 élèves, écoliers et collégiens. Cette année, seul le transport des élèves de maternelle et du primaire est quotidien, mais désormais payant. Quant au transport des collégiens, également payant, il est proposé uniquement aux internes, en début et fin de week-end.

"J'aimerais que Monsieur le maire travaille beaucoup dessus, qu'ils pensent aussi à nous les parents qui ne travaillent pas, qui vont à la tribu, les anciens de l'île, les non-fonctionnaires..." explique Charles Gnipate, parent d'élève.
 

Combler le vide dans les internats

Côté mairie, ce choix est pleinement assumé ; il répond à deux motivations :
 
  • combler les baisses de subventions des collectivités, soit moins trois millions pour la Province des Îles Loyauté et moins quatre millions pour le gouvernement
  • remplir les internats des trois collèges, jusqu’à présent sous-utilisés.

"Mettre les enfants dans les internats c'est aussi une sécurité quelque part et un meilleur suivi pour l'évolution des enfants. Aujourd'hui, certains parents ne veulent pas qu'on les oblige à aller dans les internats donc il y aura des discussions par la suite entre nous, la mairie et la province pour voir qu'est ce qu'on fait de ce service par rapport à la compétence de chacun d'entre nous" explique Louis Waneux, secrétaire général de la mairie d'Ouvéa. 
 
internat ouvéa
©Michel Bouilliez

Résultat : les internats ont été pris d’assaut. Au collège Shéa Tiaou, on est passé de 28 internes en 2019, à 53 dès la rentrée et plusieurs élèves sont sur liste d’attente, faute de lits suffisants. Construit en 2012, il a une capacité totale de 100 élèves.

"Le matin ils ont le petit-déjeuner et ils vont directement à l'école, ce ne serait pas pareil s'ils prenaient le car parce que souvent pour les enfants du Nord, le car passe à 5h du matin" raconte Jean Ounei, le gestionnaire de l'internat de Shéa Tiaou.

Il n'en reste pas mois que certains parents se sentent otages de cette situation. En attendant la livraison de lits et d’équipements supplémentaires dans les internats, la mairie va rétablir le transport quotidien des collégiens externes jusqu’à fin mai. 

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Michel Bouilliez. 
©nouvellecaledonie