Le dépotoir de Voh se réorganise

environnement voh
Dépotoir Voh
©NCla1ère
En province Nord, la gestion des déchets dans la zone Voh Koné Pouembout est une préoccupation majeure du SIVOM VKP. Après avoir fixé de nouvelles règles pour l'accès aux décharges de Koné et de Pouembout, le SIVOM s'attelle à réaménager la décharge de Voh.
Depuis un mois, le site du dépotoir de Voh est en réaménagement, une nouvelle clôture est installée. 
« Le grillage qui était en place n’était plus du tout imperméable, il y avait des trous de partout, le portail n’existait plus, il avait été arraché, donc les gens rentraient de jour comme de nuit, sans aucune restriction. Donc l’objectif, c’est de pouvoir contrôler les accès » explique Arnaud Banfi, le directeur du SIVOM VKP (syndicat intercommunal à vocation multiple). 
Contrôler, d’abord pour trier les déchets dangereux comme les pneus, les batteries, les piles et les néons, ensuite pour éviter les incendies qui se déclenchaient régulièrement dans la décharge.
 

Des nuisances pour le voisinage 

A quelques centaines de mètres de là, dans un quartier voisin de Voh, les habitants subissaient les nuisances.
« C’est quand ils mettent le feu le weekend ou le vendredi, si le vent toirne, il y a de la fumée qui vient dans le quartier, et c’est sûr que nous, on en prend plein le nez » confie l’un d’entre eux Jean-Fred Teatoto . « En tous cas, si le dépotoir vient à se refaire, c’est bien, parce qu’il faut trier tout ce qu’on jette ».
Aux dépotoirs de Koné et de Pouembout, le contrôle de l’entrée avec un gardien est mis en place depuis 2019. Résultat : les incendies sont devenus rares.
Un service qui se paye : les particuliers doivent avoir une carte d’abonnement, les entreprises acheter un ticket.
Dépotoir Voh
©NCla1ère
 

Limiter la pollution

Du côté de Voh, pour mieux gérer l’apport des déchets, la plateforme a été redessinée : 
« On s’est redu compte que sur l’ensemble de la surface du dépotoir, on n’exploitait qu’un toute petite partie, et que le volume de déchets le remplissait vraiment à une vitesse importante » explique Arnaud Banfi, le directeur du SIVOM VKP. « Donc, du coup, la mairie de Voh a accepté de prendre en charge les travaux d’aplanissement de l’ensemble de la plateforme pour qu’on puisse vraiment arrêter de pousser dans la mangrove comme c’était le cas pendant des années ».
L’aménagement de la décharge ne stoppe pas la pollution dans la mangrove, mais l’objectif du SIVOM est de sensibiliser la population au tri. Avant l’ouverture d’une installation de stockage des déchets, plaine des Gaïacs, prévue en 2023. 
Le reportage de David Sigal et Brice Bachon 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live