Les élèves du Grand Nouméa auront des bus pour la rentrée

transports
Transports scolaires Grand Nouméa
©SMTU
Les élèves du Grand Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, pourront se rendre en bus à leurs lycées et collèges à la rentrée prochaine. L'invalidation de l'appel d'offres pour le ramassage scolaire n'affectera pas leur transport, qui sera assuré. 
Il y a quelque jours, Le Tribunal Administratif de Nouméa à décidé d’invalider l’appel d’offres concernant les transports scolaires des collégiens et lycéens du Grand Nouméa. Celui-ci avait été lancé par le Syndicat Mixte des Transports Publics (SMTU), en charge du dossier. 
 
A environ un mois de la rentrée des classes, la situation peut avoir de quoi faire frémir plus d’un parent. Car en cas de défaillance du ramassage scolaire, qui conduira ces chères têtes blondes et brunes, résidant de la Tontouta à Plum, à l’école ? 
 
Commençons donc par la bonne nouvelle : le SMTU a annoncé qu'il y aura continuité du service public. En d’autres termes, cela signifie que les élèves auront des moyens de transport mis à leur disposition à la rentrée prochaine. 
 
Soulignons bien que seuls les collégiens et lycéens sont concernés par cette affaire. Le transport des enfants du primaire relève quant à lui de la compétence communale, et n’est en aucun cas affecté. 
 
La situation n’est cependant pas encore complètement réglée.

Pour assurer la continuité du service dès la rentrée, la SMTU devra s'occuper d'affréter des bus en dehors du marché, et ce pour une période de deux ou trois semaines. « Nous avons plusieurs options », commente Christophe Lefèvre, directeur par intérim de la SMTU. « Nous pouvons par exemple mettre en place un marché de gré à gré, ce qui est une procédure allégée permettant d’être prêt pour le 17 février, jour de la rentrée ». 
 
Dans le cadre d’un marché de gré à gré, tous les transporteurs seront consultés. « La SCT (Ndlr: retrouvez le résumé des faits à la fin de l'article) sera incluse aussi dans la consultation », ajoute Christophe Lefèvre. « Nous ne voulons pas nous priver de la concurrence ». 

Parallèlement, la SMTU doit aussi relancer l’appel d’offres. Le dossier est déjà prêt et devrait être publié vendredi matin dans Les Nouvelles. 
 
Il faudra ensuite laisser 3 semaines aux candidats pour retirer les dossiers et répondre à l'appel. Suivront diverses procédures : réunions de la Commission d’appel d’offres - ouverture, attribution -, réunion du comité syndical, etc. 
 
« Avec un planning classique, ça devrait être terminé le 18, 19 ou 20 février », explique Christophe Lefèvre. « On va essayer d’optimiser, mais on est très juste ». 
 
Des informations plus précises quand au déroulement de la "procédure-passerelle" visant à assurer le transport scolaire hors marché devraient bientôt être annoncées. 
 
Petit retour sur les faits
Début janvier, le Tribunal administratif a invalidé l’appel d’offres de la SMTU (Syndicat mixte des transports urbains), après avoir été saisi par la Société calédonienne de Transport (SCT). La SCT, qui détient le marché du ramassage scolaire pour lycéens et collégiens du Grand Nouméa depuis 12 ans, avait invoqué des raisons de forme : 6 critères définissant le marché public devaient être mentionnés dans l’appel d’offres, ce qui n’était pas le cas. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live