Municipales à Nouméa : Joseph Boanemoa dirige la liste indépendantiste «Unité pays»

élections nouméa
Municipales à Nouméa, liste Unité pays du FLNKS à Nouméa, 4 février 2020; Joseph Boanemoa
©Lizzie Carboni / NC la 1ere
La mouvance indépendantiste et nationaliste a présenté sa liste unitaire à Nouméa. Elle est menée par Joseph Boanemoa, président du comité local de l'Union calédonienne, avec le Rassemblement démocratique océanien, le MNIS de Luther Voudjo, la DUS, l'UPM ou le Slua.
Faire revivre les quartiers : voilà l’une des grandes idées au cœur du programme défendu par la liste indépendantiste Unité pays, que portent le FLNKS et les nationalistes à Nouméa. Joseph Boanemoa, ancien militant de terrain pour l’USTKE, est à sa tête.
 

«Rendre les habitants acteurs»

A cinquante ans, cet enfant du pays compte bien recréer ce qui selon lui, a été oublié dans les précédentes mandatures. A savoir le lien social dans les quartiers, à travers les «maisons communes»«Les "maisons communes", c’est la possibilité de rendre les habitants des quartiers acteurs de la société, défend Joseph Boanemoa. C’est-à-dire de pouvoir traiter de toutes les problématiques qu’on rencontre aujourd’hui dans la commune de Nouméa. Notamment les questions de sécurité, de jeunesse et d’environnement.»
 

Gratuité des transports

A ses côtés, une équipe de campagne jeune et pluriethnique, composée de syndicats et de membres de partis nationalistes et indépendantistes : l’UC, le RDO, le Mouvement néo-indépendantiste et souverainiste avec Luther Voudjo, la Dynamik unitaire Sud, l’Union progressiste en Mélanésie ou encore le Slua. Ils mettent en avant un programme qui aborde la gratuité des transports, mais aussi les retraités et la sécurité.
 

Soutenir l'esprit sportif

Pour cette nouvelle équipe politique, soutenir la jeunesse permettrait de freiner la délinquance. «Le sport, ça apporte beaucoup de compétences, la compétitivité, la discipline, l’esprit d’équipe», cite Laurie Humuni, du Rassemblement démocratique océanien. «C’est tout cet esprit-là qu’on veut recréer. Aujourd’hui, les jeunes, on les délaisse, on veut recréer tout ça au sein des quartiers, au sein des communes.»
 

Le 6 septembre dans le viseur

Sous le slogan «Nouméa, je dis oui !», Unité pays souhaite rassembler toutes les composantes du pays qu’elles soient indépendantistes ou non. Un message à double portée puisque la formation politique garde dans son viseur le référendum du 6 septembre. Premier grand meeting : jeudi à Tindu. A noter que ni le Palika ni le Parti travailliste ne sont pour l’instant associés à cette liste. 

Un reportage de Lizzie Carboni et Philippe Kuntzmann :
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live