Nouméa: un nouveau Plan d'Urbanisme Directeur

NOUMEA PUD
Il aura fallu 10 longues années pour accoucher d'un nouveau PUD pour la ville de Nouméa.Un plan âprement discuté, notamment avec des promoteurs plutôt réticents et qui induit, s'il est confirmé par la Province sud, toute une série de changements pour la ville.Seul Calédonie Ensemble a voté contre.
Le débat sur le nouveau PUD aura duré près de 2 heures dans la salle du conseil municipal de Nouméa .Des échanges vifs ont eu lieu entre le groupe  Calédonie Ensemble et l’exécutif municipal,  les points d’achoppements portant surtout sur  la zone du Kuendu Beach et la suppression du rond-point Berthelot.
Sonia Lagarde  ("Changer, c'est capital", CE)) n'a pas voté ce PUD, "parce qu’il fait ressortir que les administrés de la commune de Nouméa,  sont venus consulter pendant les 45 jours de l’enquête publique, des zonages qui ont, été, depuis, considérablement modifiés. En particulier la zone du Kuendu Beach qui n’a plus rien n’avoir avec ce qui avait été présenté au grand public. D'ailleurs, le commissaire enquêteur demande ,pour cela, une nouvelle enquête publique.
De son côté,la majorité municipale (Rassemblement UMP),se satisfait d’avoir, avec ce nouveau  PUD, un outil qui va permettre de poser un cadre réglementaire pour le développement urbain de la ville.
Gaby Briault , adjoint au Maire chargé de l'urbanisme, voit dans le vote négatif du groupe Calédonie-Ensemble des considérations purement électorales :  « D’abord on est en campagne électorale!. Il n’y a pas eu de déclassement du Kuendu Beach et on a parlé de question de détails, le rond-point Berthelot. Je crois que l’enjeu de la ville, c’est bien plus que ça. C’est vraiment le devenir de la ville qui est en jeu et notamment une nouvelle conception urbaine. Un centre ville dense en particulier et des quartiers qui soient apaisés avec une préoccupation la préservation de la qualité de vie des Nouméens. »
Mais le marathon n'est pas terminé , malgré 10 années d'un accouchement difficile .Le PUD doit maintenant être soumis au comité d’aménagement et d’urbanisme de la Province Sud d'ici la fin du mois d'avril avant que l’assemblée de la province ne délibère pour rendre applicable ce nouveau PUD.

Brigitte WHAAP (avec GLB)

Ce qui va changer avec le nouveau PUD :

Le nouveau plan d’urbanisme directeur régie la constructibilité et l’aménagement de Nouméa en tenant compte de 5 grands territoires :


1. Les quartiers, avec le souci de préserver la qualité de vie au quotidien, et d’aboutir au même niveau d’équipement entre les quartiers. 
Le PADD met en œuvre le principe de quartier « village dans la ville », doté de « centres de quartiers » dont l’esprit de la place du village. 
Cette orientation se traduit par une limitation des droits à construire et donc des hauteurs dans les quartiers de résidence avec un maximum de R+2. 
Il s’accompagne d’une plus grande exigence en matière de places de stationnement dans les rues étroites et les impasses, de l’aménagement d’espaces verts, des trottoirs, de l’amélioration des éclairages et de la sécurité. 
Les « cœurs » ou centres de quartier, plus denses, offriront aux habitants, commerces, services de proximité et équipements publics.
 
2. Le centre-ville est l’objet de deux transformations. 
D’une part, il est « retourné vers la mer » par un prolongement du quartier latin jusqu’à la Pointe Denouel, ce qui fait de la rade sa centralité. 
D’autre part, son aménagement global qui comprend l’ambitieux Front de mer, vise à dynamiser les activités économiques, administratives et à créer des logements.
Cette orientation se traduit par l’augmentation des droits à construire, notamment en hauteur, ce qui permet une plus grande valorisation économique du foncier. Toutefois, le tour de la place des cocotiers est préservé des « ombres portées », et des zones patrimoniales sont sous surveillance.
 
3. Le territoire industriel et artisanal est maintenu mais fait l’objet d’une évolution vers davantage d’activités tertiaires. Ce territoire concerne essentiellement la zone industrielle de Ducos.
 
4. Les territoire touristiques, au nombre de cinq sont identifiés et pour la première fois, certains d’entre eux (Anse Vata et Anse Kuendu) pourront accueillir des programmes mixtes « hébergements de tourisme/logements ».
 
5. Les territoires naturels, représentant près du tiers de la superficie de la ville font l’objet d’une protection stricte pour ce qui est de la mangrove et de la forêt sèche. 
Ils répondent ainsi aux prescriptions de développement durable qui conduisent également à protéger le patrimoine et l’équité sociale. Dans cet esprit, et c’est une autre novation, un quartier entièrement historique et patrimonial à la première Vallée du Tir est protégé par le PUD.