publicité

Le nickel grimpe puis recule en fin de semaine

Les prix du nickel échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont fortement progressé jeudi, profitant d'un dollar toujours affaibli et d'une demande soutenue, avant de se replier aussi vite vendredi soir à Londres. Les minières calédoniennes reculent.

Usine sidérurgique ThyssenKrupp dans la Ruhr au coeur de l'Allemagne © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Usine sidérurgique ThyssenKrupp dans la Ruhr au coeur de l'Allemagne
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le , mis à jour le
"Les prix des métaux industriels ont grimpé en janvier, en partie en raison de la faiblesse du dollar américain", ont commenté les analystes de Capital Economics à l’AFP. La monnaie américaine sert de référence aux prix des métaux sur le marché mondial, donc sa baisse renforce le pouvoir d'achat des investisseurs, notamment Chinois, utilisant d'autres devises. Mais le mois de février s'annonce plus mouvementé...

Chine

Cette semaine, les marchés des métaux de Londres et de Shanghai ont observé l'activité manufacturière chinoise. Les données gouvernementales ont fait état d'un essoufflement du secteur. "Nous ne sommes pas inquiets", ont cependant estimé les analystes de Goldman Sachs, qui soulignent que le gouvernement chinois va devoir construire 3 millions de logements locatifs pour tenir ses promesses.

Koniambo Nickel 

©
"Glencore augmente ses prévisions de production de nickel pour 2018 et parie sur la montée en puissance du Koniambo. Sa production (mondiale) de 2017 chute de 5%" (Metal Bulletin Londres)

Le groupe anglo-suisse Glencore, spécialisé dans les matières premières, a souligné dans son rapport de production 2017 « la forte performance opérationnelle de l’usine Koniambo Nickel en Nouvelle-Calédonie. La production de KNS est en hausse de 29% » constate Glencore qui est associé à la société minière calédonienne SMSP.

Autre nouvelle du secteur, le producteur Japonais Sumitomo a annoncé jeudi qu’il relançait la production de nickel et de cobalt du complexe hydro-métallurgique Ambatovi à Madagascar. Ce complexe industriel est comparable à celui de l’usine du Sud (VNC) en Nouvelle-Calédonie.

Nickel

La bourse de Shanghai (SHFE) a enregistré cette semaine de nouveaux indicateurs positifs pour la demande en métal. Sur le SHFE, 648 000 contrats ou options de nickel étaient enregistrés vendredi indique le négociant Marex Spectron, une hausse de 3%. Jeudi soir, le nickel avait de nouveau dépassé le seuil symbolique des 14.000 dollars la tonne. Ce vendredi soir, il reculait assez fortement sur fond de prises de bénéfices et d’interrogations sur la croissance industrielle mondiale et sur la consommation d’acier inoxydable au nickel. Le métal se stabilisait autour de 13.335 dollars (6,04 $ Ib) au LME vendredi, en baisse de 2,15 % sur la semaine.

Les compagnies minières en Nouvelle-Calédonie ont enregistré un net recul de leurs performances boursières hebdomadaires en raison notamment des résultats décevants des indices manufacturiers chinois et allemands.

Variation sur 5 jours :

[ERAMET (SLN) 109, 70 EUR -9, 82%]
[GLENCORE (KNS) 385 GBP -4, 19%]
[VALE (VNC) 12, 67 USD -3, 43%]
[POSCO (NMC) 87, 52 USD -3, 46%]

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play