nouvelle calédonie
info locale

Un réseau de vente illégal d’alcool démantelé

justice
vente à la sauvette
Photo d'illustration ©NC la 1ère
Un homme de 26 ans a été mis en examen mardi et écroué au Camp Est. Gérant d’une société de vente d’alcool à distance, il était à la tête d’un réseau de plusieurs revendeurs payés au noir qui officiaient dans des voitures de location. 6 autres personnes sont en garde à vue.

Un trafic de grande ampleur 


C’est un long communiqué du procureur de la République qui dévoile les faits. On s’en souvient, en mars dernier déjà, un revendeur illégal d’alcool avait été interpellé en flagrant délit par la BAC, la Brigade Anti-Criminalité. L’enquête avait permis d’identifier un réseau de grande ampleur à la tête duquel se trouvait le gérant de fait d'une société spécialisée dans la vente d'alcool à distance. Il employait de manière dissimulée des revendeurs rémunérés en espèces et circulant à bord de voitures de location et il possédait un appareil permettant d'écouter illégalement les fréquences radios de la Police.

2.3 millions CFP saisis sur le compte de la société


Le 17 mai dernier, une information judiciaire est ouverte. Malgré cela, le gérant en question a poursuivi son activité lucrative. Lundi, une vaste opération de police a permis de saisir 855 000 CFP en espèces, du matériel informatique de grande valeur, des bijoux ainsi qu'un restant de stock d'alcool. Enfin 2.3 millions de francs ont également été saisis sur le compte de la société qui a permis le blanchiment. 

Plus d'1.5 million de salaire par mois


7 personnes ont été placées en garde à vue, dont le gérant de la société. Agé de 26 ans, il a reconnu l’essentiel des faits mardi devant le magistrat instructeur. L’homme, déjà connu de la justice, a reconnu s’octroyer grâce à ce marché noir plus d’1.5 million de salaire par mois et résider ainsi dans une maison de luxe à Tina Golf. Selon le procureur, le chiffre d’affaires de l’activité illégale est estimé à plus de 180 millions par an depuis plus de 3 ans.
Placé en détention provisoire au Camp Est mardi, le gérant risque 10 ans de prison. Il est mis en examen de pas moins de 7 chefs d’accusation : blanchiment aggravé de délit ( notamment de fraude fiscale, abus de biens sociaux et travail dissimulé), fraude fiscale par soustraction frauduleuse à l’établissement ou au paiement des impôts par omission volontaire de faire sa déclaration dans les délais prescrits et par dissimulation volontaire d’une part des sommes sujettes à l’impôt (revenus 2014, 2015, 2016 et revenus 2017), travail dissimulé, abus de biens sociaux, exploitation de vente à la sauvette aggravée, vente à la sauvette en réunion et détention non autorisée d'appareil permettant l'interception de communications ou la détection à distance des conversations. 

5 personnes mis en examen 


5 personnes, âgées de 21 à 27 ans, impliquées dans les faits en leur qualité de "revendeurs-livreurs" ont été présentées ce mercredi au magistrat instructeur à l'issue de leur garde à vue. Mis en examen notamment des chefs de fraude fiscale, travail dissimulé, blanchiement et vente à la sauvette, les intéressés ont été placés sous contrôle judiciaire strict. Un mineur de 17 ans est également impliqué pour des livraisons d'alcool.