Très petites entreprises : de l'oxygène avec un plan de relance

économie
small business act calédonien
14 mesures ont été présentées autour de 5 axes en présence des représentants des chambres consulaires et des organisations patronales. ©Alexandre Rosada
Ce mardi, le gouvernement présentait la deuxième phase de son plan de relance de l'économie calédonienne. Baptisé "small business act calédonien", ce plan concerne la restructuration des très petites entreprises. 
Statut du conjoint, retraite, droit à l’assurance professionnelle… le plan de structuration pour les TPE locales, ou très petites entreprises, se décline sous 24 mesures et cinq axes. Objectif, renforcer la protection sociale et patrimoniale des entrepreneurs, soutenir le développement des TPE et professionnaliser les activités. "Bien entendu, il faut quand même faire un socle commun qui permette d'avoir une retraite pour tous et à la fin de vie, à l'âge de la retraite, qu'ils vivent dignement." explique Jean-Louis Laval, président de l’Union des entreprises de proximité (U2P).


Les TPE, un poids conséquent dans l'économie calédonienne 


Sur les 35 000 entreprises calédoniennes du secteur privé marchand, plus de 85% ne comptent pas de salariés et 80% comptent moins de 10 salariés. Parmi les nouvelles mesures mises en place, un statut pour le conjoint collaborateur et un statut d’Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL). "On oublie que chez les agriculteurs par exemple, c'est souvent la femme de l'agriculteur qui fait les comptes, qui va aider son mari à récolter ses légumes et elle n'est pas du tout prise en compte dans l'entreprise. Aujourd'hui, avec la complexité des recours qu'il peut y avoir contre nous, il faut qu'on ait des assurances. On n'est pas à l'abri d'une malfaçon, d'un gars qui se blesse dans l'entreprise. Et si vous n'êtes pas couverts c'est à la charge de l'entrepreneur et avec des taux qui devraient être intéressants et surtout basés sur un chiffre d'affaire." développe Yann Lucien, président de la confédération des petites et moyennes entreprises (CPME)

Trois mesures seront applicables dès le mois de décembre. Le reste d’entre elles devraient entrer en vigueur courant 2021.

Le point avec Alexandre Rosada et Laura Schintu 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live