nouvelle calédonie
info locale

L’UC parraine le candidat Oscar Temaru à la Présidentielle de 2017

politique
Daniel Goa. Oscar Témaru
©NC1ere/Cédrick Wakahugnème
En visite en Nouvelle-Calédonie, le leader Indépendantiste de Polynésie Française et Maire de Faa’a est en quête de parrainages. A cette occasion, il a souhaité s’entretenir avec la famille indépendantiste de Nouvelle-Calédonie.
Oscar Temaru poursuit sa quête de parrainages pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle de l’an prochain. 500 signatures d’élus sont nécessaires pour pouvoir prétendre aux suffrages des Français.
Après des entrevues avec le Bureau Politique du FLNKS et celui du Palika, direction Koné ce jeudi pour rencontrer le Groupe UC-FLNKS de l’Assemblée de la Province Nord. 
Daniel Goa, le Président de l’Union-Calédonienne lui a assuré du total soutien de son mouvement. Mouvement qui a pourtant acté lors de son dernier Congrès qu’il ne participera pas aux prochaines élections nationales. 
Cet après-midi, le leader du Tavini Huiraatira rencontre le Groupe UNI en Province Nord. Au sein de l'UNI, Palika et UPM devraient décider chacun de son côté à qui apporter leurs parrainages, entre Oscar Témaru et le candidat du parti socialiste. 
Oscar Temaru. UNI Province Nord
Oscar Temaru avec les élus de l'UNI à Koné. ©NC1ere/Cédrick Wakahugnème

 

Reportage Jean-Noël Mero

©nouvellecaledonie


 

 
Qui peut parrainer ?
Depuis 1976, il faut pouvoir présenter 500 signatures d’élus pour pouvoir être candidat à l’élection présidentielle en France, provenant d’au moins 30 départements différents.
Peuvent parrainer les maires,  les députés, les sénateurs, les parlementaires européens, les conseillers régionaux et généraux ainsi que des membres de l'Assemblée corse et des Assemblées d'outre-mer, et enfin le président de la Polynésie Française et le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.
Au total, il y a potentiellement plus de 47 000 élus qui peuvent signer.
Le Conseil Constitutionnel doit s’assurer de la validité de ces signatures pour valider la candidature.
Les noms des 500 signataires sont rendus publics et publiés au Journal officiel.
Publicité