Obésité, dépression, handicap : la santé est plus dégradée dans les Outre-mer que dans l’Hexagone, selon une enquête

santé
illustration santé
11% de la population ultramarine est en situation de handicap, contre 9% dans l'Hexagone. (photo d'illustration) ©publicdomainpicture.net

Une enquête statistique menée par la DREES et l’INSEE et publiée début avril 2021 révèle que la santé perçue en Outre-mer est plus dégradée que dans l’Hexagone et que parmi les populations ultramarines, certaines pathologies sont davantage présentes. 

C’est une première. En 2019, l’enquête santé européenne, menée tous les six ans dans les pays membres de l’Union européenne, s’est intéressée aux territoires ultramarins. Une initiative entreprise par la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) et l’institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), après la publication d’un rapport de la Cour des comptes alertant sur un “manque de données sur la santé en Outre-mer” en 2014.

Plusieurs facteurs de risques d’obésité 

Si 8 % de la population dans l'Hexagone âgée de 15 ans ou plus se déclare en "mauvais " ou "très mauvais" état de santé, c’est le cas de 14 % de la population en Guadeloupe, Martinique et Guyane, de 11 % à La Réunion et de 21 % à Mayotte, révèle l’enquête. Principale cause de cette santé en berne : un fort taux d'obésité dans les Outre-mer. 

 Alors que les fruits sont très présents dans les DROM, seuls 45 % de la population de 15 ans ou plus en Guadeloupe mangent des fruits tous les jours, 39 % en Martinique, 42 % à La Réunion, 30 % en Guyane et 16 % à Mayotte contre 59 % des Métropolitains du même âge. 

À l’inverse, la consommation quotidienne de boissons industrielles sucrées est plus fréquente dans les DROM que dans l’Hexagone. Ainsi, 12 % des Guadeloupéens de 15 ans ou plus en consomment tous les jours, 9 % des Martiniquais, 16 % des Guyanais, 13 % des Réunionnais et 15 % des Mahorais contre 10 % des Métropolitains de 15 ans ou plus. 

D’après l’OMS, l’activité physique est très bénéfique pour la santé physique et mentale. Pourtant, la pratique du sport, qui peut être onéreuse, est moins fréquente dans les DROM que dans l'Hexagone : 30 % de la population de 15 ans ou plus en Guadeloupe déclare faire du sport toutes les semaines, 35 % en Martinique et à La Réunion, 31 % en Guyane et 21 % à Mayotte contre 45 % dans l'Hexagone. 

Résultat du manque d’activité physique régulière et de la consommation accrue de boissons sucrées : les femmes sont plus fréquemment obèses dans les DROM. Une obésité qui touche les plus jeunes et surtout les femmes, qui ont une santé perçue plus dégradée que les hommes dans l'Hexagone. Dans les DROM, cet écart est particulièrement fort. Alors que le taux d’obésité est le même pour les femmes et les hommes dans l'Hexagone (15 % versus 14 %), celui des femmes est plus élevé que celui des hommes dans les DROM, l’écart le plus important se situant à Mayotte. Les femmes de 15 ans ou plus sont 23 % à être obèses en Guadeloupe et en Guyane, 25 % en Martinique, 20 % à La Réunion et 34 % à Mayotte. 

Plus de personnes en situation de handicap dans les Outre-mer 

 En France, sont considérées comme handicapées les personnes qui présentent des troubles moteurs et qui les empêchent de mener les activités de la vie quotidienne. Dans le cadre de cette enquête de santé, le taux de handicap dans les territoires ultramarins a été calculé à partir des réponses apportées à la question : 

"Êtes vous limité depuis au moins six mois à cause d’un problème de santé dans les activités que les gens font habituellement ?”. 

Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques

 

Dans le détail, parmi les 15 ans ou plus, 9 % sont handicapés dans l'Hexagone. Un chiffre qui grimpe à  11 % dans les DROM. Ainsi, 21 % des 55 ans ou plus sont handicapés en Guadeloupe, Guyane et à La Réunion, 24 % en Martinique et à Mayotte contre 16 % dans l'Hexagone. Alors que 10 % des personnes âgées de 55 ans ou plus ont des difficultés sévères pour marcher 500 mètres en métropole, c’est le cas de 19 % des 55 ans ou plus en Guadeloupe, 19 % en Martinique, 21 % en Guyane, 20 % à La Réunion et 39 % à Mayotte. 

La jeunesse ultramarine en proie aux troubles dépressifs 

En plus des situations de handicap et du fort taux d’obésité, le rapport se penche aussi sur les troubles psychiques et mentaux recensés en Outre-mer. 

Ainsi, en France hexagonale, 11% de la population de 15 ans ou plus présente des symptômes dépressifs, indique l’étude, qui précise que ce niveau “est le même qu’à La Réunion”. Ce chiffre grimpe à 15% en Guadeloupe, 17% en Martinique, 19% en Guyane et 20% à Mayotte, faisant de ces trois territoires des endroits où “les taux de symptômes dépressifs et de symptômes dépressifs majeurs sont significativement plus élevés que la métropole”. 

Dans la stratégie nationale de santé menée par le gouvernement pour la période 2018-2022, le ministère de la Santé fait savoir que l’offre en santé mentale sera renforcée “en particulier à Mayotte, à la Réunion et en Guyane”, notamment pour permettre de mieux prendre en charge les troubles dépressifs qui touchent la population dans ces territoires.