publicité

Aimé Césaire est mort il y a tout juste dix ans, le 17 avril 2008. Aux yeux du monde, il était et demeure encore aujourd'hui l'incarnation même de la Martinique. Pourtant, Aimé Césaire a également passé beaucoup de temps à Paris. De ses études dans les années 30, à sa carrière de député entre 1945 et 1993. La1ere.fr vous propose de découvrir le Paris de Césaire grâce à une carte interactive. 

Une carte interactive



De son arrivée en octobre 1931 à la gare Saint-Lazare, jusqu'à son appartement dans le XIIIème arrondissement de Paris, en passant le lycée Louis Le Grand, Normale Sup, la mairie dans laquelle il s'est marié en 1936, l'Assemblée nationale où il a siégé durant 48 ans, le théâtre de l'Odéon dans lequel ses pièces ont été jouées, l'appartement de Chatillon dans lequel il retrouvait ses amis le dimanche, La1ere.fr est parti sur les traces d'un Aimé Césaire méconnu, celui qui a vécu à Paris. Nous avons retrouvé 20 adresses parisiennes que l'illustre Martiniquais a cotoyé, ou qui portent aujourd'hui son nom. 

Cliquez sur les différents points de la carte interactive ci-dessus pour accéder aux reportages vidéos, audios, aux articles et aux archives de La1ere.fr.

"Le Paris de Césaire", une carte et une série de reportages réalisés par Camila Giudice, Odile Paul, Ghislaine Vingot, Cécile Baquey, Edwige Saint-Thomas, Christian Tortel, Louis Otvas et Philippe Triay.  Découvrez ci-dessous quelques uns des reportages à retrouver dans notre carte interactive 


 

1931 : les Antillais de Saint-Lazare

La gare Saint-Lazare à Paris dans les années 1930 © Noel le Boyer


En octobre 1931, le jeune Césaire, 18 ans, arrive de sa Martinique natale par bateau, au Havre. C'est en train qu'il arrive à Paris, découvrant une gare Saint-Lazare peuplée d'Antillais. 

Mon premier souvenir à Paris. C'était un seul cri. Mon Dieu, que de nègres, que de nègres ! Parce que la gare Saint-Lazare était possédée par les Antillais. De foule, il n'y avait que nos compatriotes. Tous venaient accueillir ceux qui arrivaient par le bateau.

La gare, vraiment, nous appartenait à ce moment-là. C'était incroyable. C'était un point de ralliement extraordinaire et on rencontrait là des gens qu'on n'avait pas vus depuis vingt ans, depuis trente ans.

A la Martinique, l'arrivée du bateau était un événement. Mais à Paris pour les Antillais, l'arrivée du train à la gare Saint-Lazare était un autre événement. On était sûr de rencontrer là des quantités de gens de chez nous.


- Aimé Césaire, dans le documentaire d'Euzhan Palcy


Lire notre article en cliquant par ici.


 

Louis le Grand : au centre sur la photo

Photo de la promotion d'Aimé Césaire au Lycée Louis le Grand, en 1931. © Archives de Paris D3T3 450

La1ere.fr a retrouvé la photo de promotion de l'année 1931 au prestigieux Lycée Louis le Grand. Lire notre article complet en cliquant ici. 




Un voisin illustre

Lorsqu'il était député, Aimé Césaire a vécu dans le XIIIème arondissement de Paris, à deux pas de la place d'Italie. La1ere.fr est retournée dans cet immeuble et a retrouvé la voisine d'Aimé Césaire, qui se souvient avec émotion du grand homme. Un reportage complet à lire et écouter par ici. Ecoutez l'interview de Pierrette Lombes  la voisine d'Aimé Césaire :



 

A Paris, Aimé Césaire découvre l’Afrique et fonde le mouvement de la négritude

Aimé Césaire en compagnie d'étudiantes africaines venues assister au premier Congrès international des écrivains et artistes noirs à la Sorbonne, en septembre 1956. © DR


Quand il arrive pour la première fois en France en 1931, le jeune Aimé Césaire découvre également… l’Afrique, par ses étudiants. Avec notamment celui qui fut son grand ami et l’un des cofondateurs du mouvement de la négritude, le Sénégalais Léopold Sédar Senghor. Notre article complet à lire ici. 



Dans les archives du palais Bourbon

Aimé Césaire a été député de 1945 à 1993. Dix ans après sa mort, La1ere.fr est retournée au palais Bourbon, pour voir quelles sont les traces qu'il a laissé dans les archives de l'Assemblée nationale. Article complet à lire en cliquant ici, reportage vidéo à regarder là :
Aimé Césaire aux archives de l'Assemblée nationale

 

Une plaque au Panthéon

Aimé Césaire ne repose pas au Panthéon, aux côtés d'Hugo, Zola, Schoelcher, ou Moulin. Conformément à sa volonté, il est enterré en Martinique. Mais trois ans après sa mort, en 2011, une cérémonie s'est déroulée au Panthéon, où une plaque en mémoire d'Aimé Césaire a été dévoilée. article à lire ici.

© Eric Feferberg/AFP