publicité

Plus de 370 000 euros pour ramasser les sargasses qui prolifèrent à Saint-Martin

La préfecture de Saint-Martin annonce un plan d'action pour faire face à l'échouage des sargasses. Plus de 370 000 euros ont été débloqués pour ramasser les algues brunes nauséabondes qui s'échouent en masse sur Saint-Martin.

Des algues sargasses échouées sur le littoral de Guadeloupe. © Andre Pascal / Biosphoto
© Andre Pascal / Biosphoto Des algues sargasses échouées sur le littoral de Guadeloupe.
  • La1ère.fr (avec AFP)
  • Publié le
Plus de 370 000 euros ont été débloqués pour ramasser les sargasses, des algues brunes nauséabondes, qui s'échouent en masse depuis quelques jours sur Saint-Martin, a annoncé mercredi la préfecture de l'île.
 

Un plan d'action

"Face à l'ampleur du phénomène d'échouage d'algues sargasse qui touche actuellement le territoire", un plan d'action a été mis en place avec la collectivité de Saint-Martin, et "une subvention" de 370.750 euros a été allouée pour "l'acquisition de matériel lourd pour le ramassage" des algues, a indiqué la préfecture dans un  communiqué.
 

Des ramassages

Les sargasses, dont l'origine reste incertaine, s'amoncellent régulièrement sur les côtes des pays de la mer Caraïbe, du Mexique à la petite Caraïbe, et dégagent en séchant de l'hydrogène sulfuré et de l'ammoniac qui peuvent provoquer maux de tête, nausées et vomissements.

La Collectivité de Saint-Martin a procédé aux premiers ramassages dès mardi en priorisant la baie de Cul de Sac (nord), précise la préfecture. Les autres plages seront nettoyées dans les jours qui suivent.
 
 

Un sommet international

Un sommet international se tiendra d'ici la fin de l'année en  Guadeloupe pour initier une coopération entre les pays de la zone Caraïbe dans la lutte contre les sargasses, ont annoncé en février les autorités françaises.

Le gouvernement a annoncé en 2018 une enveloppe de 5 millions  d'euros sur deux ans pour financer leur ramassage.

Saint-Martin, dévasté en septembre 2017 par l'ouragan Irma, se relève difficilement, et espère relancer son économie lors de la prochaine haute saison touristique en fin d'année.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play