Polynésie : le président Edouard Fritch remanie son gouvernement pour relancer l'emploi

politique tahiti
Le gouvnerment Fritch 3
Le gouvernement Fritch 3. ©Axelle Mesinele /pol1ere
Des changements de ministres en Polynésie. Le président Edouard Fritch a présenté, vendredi 13 janvier, à Papeete son nouveau gouvernement. L'objectif : relancer l'emploi.
Le président de la Polynésie Edouard Fritch a présenté, vendredi 13 janvier, à Papeete son nouveau gouvernement, avec comme premier objectif de relancer l'emploi.

Il a lui-même repris le portefeuille de l'emploi, "pour le concentrer au plus haut niveau de l'exécutif", a-t-il indiqué. Malgré une timide reprise en 2016, l'emploi local peine à sortir de plus de dix années de crise. Le taux de chômage est estimé à plus de 20% des actifs de Polynésie française, où il n'y a pas de caisse de chômage.

Economie, tourisme

Edouard Fritch a chargé des "grands projets d'investissement" son nouveau vice-président et ministre de l'économie Teva Rohfritsch. Le plus important de ces projets est le Mahana Beach, un complexe touristique géant sur la côte Ouest de Tahiti, dont la construction n'a cependant pas encore débuté.
Le tourisme est le premier secteur économique local, mais le nombre de visiteurs peine à décoller. Edouard Fritch place au ministère du tourisme une spécialiste, Nicole Bouteau, qui a déjà occupé le poste. Elle fait partie des trois femmes du nouveau gouvernement, qui compte onze membres.

Santé et réforme

L'autre grand chantier du gouvernement est la réforme de la protection sociale généralisée, l'équivalent local de la Sécurité sociale. Le nouveau ministre de la santé, Jacques Raynal, réputé fin négociateur, devra résorber son déficit chronique. Cette réforme, maintes fois reportée, "aboutira en 2017" a assuré Edouard Fritch.

D'autres remaniements

De nouveaux remaniements ministériels devraient avoir lieu en cours d'année : la ministre de l'Education, Nicole Sanquer-Fareata, est candidate aux législatives. Et le ministre des Finances, Nuihau Laurey, est aussi sénateur : à partir de septembre, la loi contre le cumul des mandats lui interdira de conserver ses deux fonctions.

Le gouvernement en un coup d'oeil

Nicole Bouteau récupère le porte-feuille du tourisme, des transports internationaux, en charge des relations avec les institutions.
Luc Faatau : ministre de l'équipement et des transports intérieurs.
Jacques Raynal : ministre de la santé et des solidarités, en charge de la réforme de la PSG, de la prévention et de la famille.
Nuihau Laurey : perd son poste de vice-président. Il garde les porte-feuilles des finances, énergie et mines.
Teva Rohfritsch : devient vice-président, ministre de l'économie et de la réforme économique, en charge des grands projets d'investissements.
Jean-Christophe Bouissou : récupère le logement, l'aménagement, l'urbanisme et le numérique. Il reste porte-parole du gouvernement.
Tearii Alpha : affaires foncières, valorisation du domaine, développement des ressources primaires.
Heremoana Maamaatuaiahutapu : culture, environnement, artisanat, en charge de la promotion des langues et de la communication.
Nicole Sanquer-Fareata : éducation, jeunesse et sport, en charge de l'enseignement supérieur.
Tea Frogier : ministre du travail, de la formation professionnelle, en charge de la fonction publique et de la recherche.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live