Le Président Gaston FLOSSE reçu par le Vice-président de la Chine, LI Yuanchao

politique
flosse chine
©Présidence de la Polynésie
Les deux dirigeants veulent développer les relations bilatérales, notamment à travers le tourisme, les ressources marines et le marché de la perle. Avec en toile de fond, l'essor de l'industrie du luxe à Pékin. A quand l'ouverture d'une liaison aérienne avec Shanghai soutenue par LI Yuanchao ?
La visite à caractère diplomatique et officielle a débuté avec les dirigeants de l’APCAE au Palais de la Paix, siège de l’association. Madame LI Xiaolin qui en est la présidente a exprimé sa joie de revoir le Président Gaston FLOSSE qui l’avait accueillie il y a quelques semaines à Papeete. Elle a réitéré le souvenir inoubliable qu’elle a conservé de ce voyage et a même offert au Président FLOSSE un tableau peint de sa main à Tahiti. Elle s’est félicitée de la volonté des interlocuteurs chinois de s’engager aux côtés de la Polynésie française.
 
« Vous avez su porter votre pays à un haut niveau de développement »
 
Le point d’orgue a été la rencontre au Palais du Peuple avec le Vice-président de la République Populaire de Chine, Monsieur LI Yuanchao, membre éminent du bureau politique du parti communiste chinois qui incarne la nouvelle génération des dirigeants, dans le sillage de l’ancien Président HU Jintao et du Président actuel de la Chine, Monsieur XI Jinping. La rencontre qui a duré plus d’une heure trente a été très chaleureuse. Monsieur  LI Yuanchao était accompagné du Vice-ministre des affaires étrangères, notamment en charge du Pacifique, Monsieur ZHANG Ming, et de Madame LI Xiaolin, présidente de l’APCAE, de nombreux collaborateurs. Monsieur WU Dong, consul général de Chine à Papeete était également présent. Le consul a fait le déplacement pour préparer et suivre ce déplacement officiel du Président Gaston FLOSSE. Le Président FLOSSE a salué en lui « un grand ami de la Polynésie française et un grand serviteur de la Chine ». 
 
Le Vice-président LI Yuanchao a rendu un hommage appuyé au Président Gaston FLOSSE, saluant en lui « un dirigeant éminent de la Polynésie française qui a beaucoup œuvré à l’établissement des relations de coopération et d’amitié entre les deux pays ». «Au nom du gouvernement chinois je vous remercie pour la contribution que vous apportez à nos relations » a-t-il déclaré d’emblée, ajoutant : « en vingt ans vous avez su  porter votre pays à un niveau élevé de développement. Les dix dernières années ont connu des turbulences et l’instabilité. Vous avez été rappelé et votre retour est un signe qui mérite les félicitations et l’estime du gouvernement chinois » a encore déclaré Monsieur LI qui a insisté : « nous souhaitons sous votre direction que nos relations puissent s’accroitre et connaître un développement économique harmonieux ».
 
Le Vice-président de la Chine a longuement remercié Gaston FLOSSE pour « son rôle majeur et sa contribution active » dans l’établissement de ces relations qui constituent une part importante des relations entre la France et la Chine qui sont excellentes. Les deux pays vont d’ailleurs célébrer en 2014 le 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France ; la France sous l’impulsion du Général De Gaulle ayant été le premier pays occidental à reconnaître la Chine communiste. Monsieur LI a fait explicitement référence aux rencontres que le Président FLOSSE a eues avec le Président JIANG Zemin et le Président HU Jintao, ainsi que la dernière visite officielle de Madame LI Xiaolin. Le Président Gaston FLOSSE s’est dit honoré de la rencontre avec le Vice-président LI soulignant son sentiment d’être reçu en ami : « entre nous, il n’y a pas de petit ou de grand pays, il n’y a que des amis » a-t-il dit, rappelant que la Chine l’avait toujours très bien reçu. « Nous sommes là pour resserrer nos liens et développer des partenariats » a indiqué le Président FLOSSE au Vice-président LI.
 
« Nos relations bilatérales vont entrer dans une phase concrète »
 
Le Président Gaston FLOSSE a présenté au Vice-président les grands projets touristiques et aériens, et le potentiel géostratégique de la Polynésie française, mais aussi ses ressources marines, sa ZEE et son potentiel de terres rares. Le Vice-président a indiqué que la Polynésie française pouvait apporter beaucoup à la Chine avec ses perles alors que l‘industrie du luxe connaît un essor exponentiel, ses produits agricoles comme la vanille et le noni, avec ses ressources marines, mais aussi et surtout, a-t-il dit, son tourisme au moment où de plus en plus de chinois voyagent à l’étranger. « Vos îles sont réputées, vos paysages font rêver, votre tourisme est votre vraie richesse. Les touristes chinois vont par milliers en Australie, cela veut dire que la Polynésie peut leur être accessible ». Le Vice-président chinois a reconnu que l’ouverture d’une ligne directe qu’il appelle de ses vœux et dont le gouvernement chinois soutient l’initiative serait en effet le meilleur moyen de donner tout son sens au fait que la Polynésie française est une destination agréée. « Je suis favorable à cette ligne. Une fois qu’elle sera ouverte Tahiti accueillera plus de visiteurs et les investissements hôteliers suivront ». Le Vice-président LI a encouragé le Président Gaston FLOSSE dans ses démarches, l’invitant à rencontrer les responsables des administrations concernées et à discuter avec eux. Il s’est déclaré confiant estimant que « les relations bilatérales vont entrer dans une phase très concrète et franchir à présent un palier supérieur »
 
Devant l’Institut de la Diplomatie Gaston FLOSSE précise la relation avec la Chine
 
Un peu plus tard lors d’un banquet officiel offert par l’Institut de Diplomatie de Pékin, dont le président est l’ancien ambassadeur de France à Paris, Monsieur ZHAO Jinjun, avec lequel le Président FLOSSE avait préparé l’arrivée du Président JIANG Zemin, le Président FLOSSE a eu l’occasion dans un discours de retracer l’historique des relations sino-polynésiennes et de rappeler sa position en matière de relations bilatérales : « Certains penseront surement que l’échange est déséquilibré. Notre petit pays pourrait en effet avoir peur de côtoyer un tel géant, pourtant, tel n’est pas le cas, car nous avons bien sentis, au fil d’une relation patiemment construite, le désir de la Chine de nouer avec la Polynésie française une relation sincère basée sur la confiance, le respect et la réciprocité». Toutefois le Président a tenu à bien préciser la nature de la relation : « Ce n’est pas l’énergie et la volonté qui me manque le plus, c’est le temps. Mon pays a besoin d’un second souffle au risque de le voir sombrer à nouveau dans l’instabilité. Cette décennie passée a mis notre pays à genou. Nous avons besoin de faire redémarrer la machine économique, de créer des emplois, et pour cela de favoriser les investissements. Le monde a changé. Encore plus pour des petits pays comme le mien. Plus que d’autres nous devons manifester notre existence, pour ne pas rester au bord de la route, être exclus du développement. Nous devons nous ouvrir sur le monde qui nous entoure. Pour autant nous ne devons pas nous brader, ni vendre nos intérêts supérieurs pour des besoins à court terme. Je n’ai pas cette crainte avec la Chine pour toutes les raisons évoquées plus haut. »

D'après communiqué