Conduite dangereuse : un couple de Français condamné en Nouvelle-Zélande

océan pacifique
Drapeau Nouvelle-Zélande
©DR
Un touriste français a été condamné hier par un tribunal néo-zélandais à une amende d'1 million 500.000 Fcp après que la justice l’ait reconnu coupable de conduite dangereuse ayant entraîné une collision, alors qu’il conduisait du mauvais côté sur une route nationale
Cet accident, un choc frontal avec un véhicule venant en sens inverse, le 5 janvier 2015, avait entraîné de graves blessures pour le conducteur français, Stéphane Yoan Mazerat (29 ans), son épouse Isabelle, ainsi que deux autres femmes qui se trouvaient dans l’autre véhicule, rapporte le quotidien New Zealand Herald. À bord de l’autre véhicule se trouvaient deux femmes (qui ont elles aussi été blessées à des degrés divers) et deux enfants.
L’accusé, qui a comparu dans une chaise roulante tout au long du procès, a déclaré ne pas souvenir de l’accident en raison d’un traumatisme crânien.
Il a tenté de faire valoir l’inattention pour justifier le fait que le véhicule qu’il conduisait se trouvait, au moment de l’impact, sur le côté droit de la route.
En rendant son verdict jeudi, le tribunal d’Hamilton a précisé que le ressortissant français devra payer l’amende avant que de pouvoir quitter la Nouvelle-Zélande. Au moment de l’accident, le couple de Français se trouvait en Nouvelle-Zélande depuis deux semaines pour leur lune de miel. Ils ont ensuite été soignés à l’hôpital de Waikato et y ont subi plusieurs opérations.
Dans le cadre d’une médiation judiciaire intervenue plus tôt, le couple de français a accepté de verser des dommages-intérêts aux victimes néo-zélandaises de cet accident.

À la lumière de nombreux accidents de la route impliquant des ressortissants étrangers le plus souvent au volant d’une voiture de location, et ayant déjà fait plusieurs morts (neuf victimes depuis le début de l’année 2015), la polémique a refait surface en Nouvelle-Zélande, ces dernières semaines, concernant l’éventuelle introduction d’un permis de conduire « spécial touristes », en particulier pour les touristes originaires de pays où l’on conduit à droite.
Autre approche, plus radicale : celle choisie par certains groupes, dans des villes néo-zélandaises qui, dès qu’ils ont identifié un conducteur étranger semblant constituer un danger, entreprennent de leur confisquer les clés du véhicule. Au cours de tels incidents, certains touristes, dont des Allemands et des Chinois, ont ainsi été pris en chasse sur plusieurs dizaines de kilomètres, avant que de se faire subtiliser les clés de leur voiture de location.
À tel point que la police nationale a dû, fin février 2015, rappeler aux Néo-zélandais que de telles pratiques se situaient en-dehors de la loi et étaient par conséquent passibles de poursuites et de condamnations judiciaires.
Source : http://newspad-pacific.info/