publicité

Cotisations retraites : ce qui va changer sur votre fiche de paie de janvier

Le conseil des Ministres a acté mercredi 23 décembre 2015 la hausse des cotisations retraites de 1 à 2%, selon les tranches. Plus surprenant, il a - légèrement - baissé le taux des cotisations maladie, ce régime étant excédentaire. Décryptage avec Yves Laugrost, Président du CA de la CPS.

© D.R.
© D.R.
  • Pierre Emmanuel GAROT avec Thierry STAMPFLER et Hiva TOTI
  • Publié le , mis à jour le
Toujours moins d'actifs et plus de retraités. Selon Yves Laugrost, Président du Conseil d'Administration de la CPS, "l'Etat de trésorerie permet de durer jusqu'à fin 2017", mais "pour la branche retraite, il faut accompagner l'évolution démographique, de toute façon il faut allonger la durée de cotisation. On est à 35 ans en Polynésie contre 42 ans en métropole, des départs à la retraite à 67 ans en Allemagne. Le travail se fait autour de cela. Si on s'y était pris un peu plus tôt, ça aurait été un peu moins douloureux".
© P.1ère
© P.1ère

De nouvelles réformes sont inévitables

Pour le syndicaliste de A Tia I Mua, "il va falloir être vigilant pour ne pas que ce soit une logique purement comptable. Il n'y a pas de possibilité légale de baisser la pension des retraités, mais quand la trésorerie sera exsangue, il faudra payer la note: retraités, professionnels de santé, etc, quelqu'un sera payé en retard. Il n'y a pas de planche à billets à la CPS, et si les déficits continuent à être inscrits dans notre budget, aucun établissement n'acceptera de nous prêter de l'argent car nous n'avons pas, comme la Sécurité Sociale en métropole, la garantie de l'Etat".
Yves Laugrost est contre un système de retraite par capitalisation © P.1ère
© P.1ère Yves Laugrost est contre un système de retraite par capitalisation

Vers une baisse des retraites ?

Cette année, 28 Milliards de FCP ont été encaissés au titre des cotisations retraites et rendus intégralement aux retraités. Le Président du CA de la Caisse de Prévoyance Sociale avance bien sa solution: "dans le pire des cas, ce serait une baisse des retraites, nous suggérons de modifier les paramètres du système par répartition mais nous n'irons pas vers la solution à l'américaine de la retraite par capitalisation. La capitalisation, quand il y a faillite, les gens se retrouvent sans rien. Regardez ceux qui avaient leurs économies chez United Airlines, ils n'ont plus rien !"


Deux exemples pour mieux comprendre

© P.1ère
© P.1ère
© P.1ère
© P.1ère
cps

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play