Accusé d'abus de pouvoir, Mario Banner riposte

sécurité
Mario Banner accusé d'abus de pouvoir
©Patrick Tsing Tsing / Pol 1ère

Le Commissaire Divisionnaire, Mario Banner, au coeur d'une affaire délicate. Un homme lui reproche de protéger un membre de sa famille dans une affaire de vol dans une salle de jeux vidéos. Le directeur de la Sécurité Publique dénonce une " tentative de déstabilisation ".
 

La Police nationale de nouveau dans la tourmente. Après l’affaire dite des fausses procurations qui auraient été réalisées par des agents de la Direction de la Sécurité Publique et à l’origine de l’annulation des élections municipales à Arue, c’est le directeur, lui-même, Mario Banner qui est dans le viseur. Un témoin auditionné dans une affaire de vol de matériels informatiques, l’accuse d’avoir voulu protéger un membre de sa famille, pour qu’il ne soit pas inquiété, alors qu’il serait impliqué dans ce dossier. Le commissaire divisionnaire se défend " il est hors de question de couvrir quoi que ce soit ".

Mais le témoin, Danilo Tauhiva, interrogé dans cette affaire de recel n’en démord pas et parle « d’abus de pouvoir ». Toujours selon cet homme, trois des policiers qui ont mené l’enquête risquent une sanction disciplinaire. " Là, on ne parle même plus de protection, c'est un peu de la vengeance " dit-il. Maître Gilles Jourdaine, l'avocat de Mario Banner, indique que ce que l'auteur des accusations " semble mettre en avant est totalement mensonger, c'est fait dans le seul but de salir un homme, sa réputation, la réputation des membres de sa famille ". Le directeur de la DSP a décidé de porter plainte pour diffamation. Il se dit victime d'une " tentative de déstabilisation " suite à l'affaire des procurations.

L'enquête menée dans le cadre du dossier de vol est close, trois suspects ont été arrêtés et selon Mario Banner, ils auraient tous reconnu les faits.