Ayo : un concert sous conditions

musique
Ayo
Ayo ©PATRICK TSING TSING/Polynésie la 1ère

La chanteuse soul et folk, Ayo, donnera 4 concerts à Tahiti et Moorea les 9, 10, 15 et 16 janvier prochains. Avec les 6 musiciens locaux qui l’accompagnent, la chanteuse marque le retour des concerts à Tahiti, après une année Covid. Un évènement qui ne se fera pas sans conditions sanitaires.

La chanteuse Ayo arrange les derniers détails des concerts prévus ce week-end. C’est une répétition en toute simplicité, sur les hauteurs de Mahina, presque comme à la maison. Sans le savoir, Ayo marque aussi le retour des concerts à Tahiti, après une année Covid. Son nom de scène signifie ‘joie’ en yoruba, un dialecte parlé au Nigéria. Elle ne croit pas au hasard : « Je pensais venir à Tahiti pour des vacances. Et je reçois le message d’Arnaud [L.A Production ndlr] et j’ai dit ‘oui, je voudrais bien jouer à Tahiti, ce serait magnifique !’ Et il n’était pas encore sûr si c’était faisable ou non à cause du Covid. » Deux semaines plus tard, Ayo pose sa guitare à Tahiti…Et elle aussi, renoue avec le public, après ce qu'elle qualifie elle-même "une année pleine d'épreuves".

"C'est que du bonheur dans le cœur"

Pour ces quatre dates, elle est accompagnée de six musiciens locaux : Bruno Demougeot au piano, Jérôme Descamps au trombone, Maruarii Ateni à la guitare, Vatea Legayic à la basse, Adrien Ballay et Oscar Descamps aux percussions. En un temps record, ils se sont accaparés un répertoire nouveau. Un challenge qui résonne comme une bonne nouvelle. « Avec la période du Covid, nous, les artistes, avons été très malheureux parce qu’on a moins joué, confie Maruarii Ateni. Et lorsque nous avons reçu cette invitation pour jouer avec Ayo, c’est que du bonheur dans nos cœurs. Nous avons passé notre temps à écouter sa musique sur Youtube à partir d’une liste sur laquelle étaient écrites toutes les chansons qu’on nous avait demandées. »

Mais ne parlez pas de « concert » à L.A Productions, l’organisateur. Ce sera une « animation musicale ». Une nuance de taille pour respecter les contraintes sanitaires, après une année 2020 au point mort. D’ailleurs, les autorités sanitaires ont refusé l’évènement dans un premier temps. « On a pu faire zéro concert en 2020, explique Arnaud Bertrand, de L.A Production. Tous les artistes qui étaient programmés, nous avons dû annuler, comme en métropole. Et un jour, début décembre, je suis allé à un évènement dans un hôtel avec un groupe local, où nous étions à 6 par table, sans pouvoir nous déplacer…et je me suis dit ‘pourquoi une artiste internationale ne pourrait pas faire la même chose ?’ Et le Haut-commissariat nous a donné son feu vert, comme pour une animation locale. »

Concert assis et attablé

L’hôtel Intercontinental de Tahiti, habitué des happy hours musicaux, va pousser les murs et surtout espacer les tables. Le personnel est déjà rôdé. « Normalement, on peut accueillir 600 à 700 personnes si on le souhaite. Là, on ne va accueillir que 300 personnes, » explique Nedim Salignon, directeur de la restauration. Les tables vont être espacées d’un mètre, avec 6 personnes maximum par table, service et paiement à table pour limiter au maximum  les déplacements.

Le public répond présent. Deux dates ont été ajoutées le 15 et le 16 janvier. Toutes affichent déjà complet, à l’exception du 16 janvier, à Moorea.

Reportage de Lucile Guichet-Tirao : 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live