L'invitée café : Titaua Maurin - 25/11/2020

L'invitée café du mercredi 25 novembre est Titaua Maurin, présidente du club Soroptimist international de Tahiti. 

  • Polynésie la 1ère (MEL : IB)
  • Publié le , mis à jour le
"Il faut mettre l'accent sur ce fléau qu'est la violence faite aux femmes, et pas seulement aujourd'hui", déclare Titaua Maurin, présidente du club Soroptimist international de Tahiti. La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes a lieu chaque année le 25 novembre, la campagne mondiale à laquelle est associé le club Soroptimist prévoit 16 jours "d’activisme".

"Aujourd’hui, la violence à l’égard des femmes et des filles constitue l’une des violations des droits humains les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices dans le monde. Elle demeure également l'une des moins signalées en raison de l'impunité, du silence, de la stigmatisation et du sentiment de honte qui l'entourent", note l'ONU. En 2019 en Polynésie française, l'association Vahine Orama iti a répertorié 187 faits de violences conjugales. Plusieurs lieux d'hébergements d'urgence pour femmes existent à Tahiti dont le Pu No te Hau, dont la pose de la première pierre pour l'extension sera posée aujourd'hui même.

Compte tenu de la crise sanitaire, le club Soroptimist international de Tahiti a dû quelque peu revoir son champ d'action pour cette année. Il propose néanmoins la projection d'un film "ouvrant au débat" dans les établissements scolaires de Tahiti, afin de sensibiliser à l'égalité des sexes. Cette année, ce sera "Made in Bangladesh", un film de 2020 sur une jeune ouvrière de 23 ans, Shimu. Elle travaille dans une usine textile au Bangladesh. Face à des conditions de travail de plus en plus dures, elle décide avec ses collègues de monter un syndicat, malgré les menaces de la direction et le désaccord de son mari. "Un débat suivra la projection et un dossier pédagogique sera remis aux professeurs afin qu'ils aient de la matière pour travailler sur ce sujet pendant plusieurs jours."

Pour Titaua Maurin comme pour tout le monde, pour réduire la violence faites aux femmes et sensibiliser à l'égalité des sexes, il n'y a pas secret ; le remède s'appelle l'éducation.
 

"Il faut éduquer les jeunes à se respecter dès le plus jeune âge".

Titaua Maurin



Titaua Maurin est interrogée en direct par Ibrahim Ahmed Hazi : 


​​​​​​​
Tahiti Informations

Alerte infos polynesie tahiti

LES HORAIRES :


CINEMAS DE TAHITI :

 
INFOS PRATIQUES :

 

vos programmes tv