Orero

De jeunes orateurs déclament les récits de leurs îles, leurs archipels ou de leurs héros en langue polynésienne.

Orero

Orero 2015 : Orateur n°19 Heimarii TEPANO

Retrouvez chaque soir à 18h45 et en replay sur polynesie1ere.fr les prestations des 31 jeunes orateurs sélectionnés dans les écoles de toute la Polynésie.
Tous les articles dédiés au Orero : polynesie.la1ere.fr/orero

© Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère
  • Par Polynésie 1ère
  • Publié le

Oromea te manu taki poroki
Oromea l’oiseau messager
Lauréat  n° : 19Date de naissance :
22/04/04
Age : 10 ans
 
Ile :
Tureia
Commune :
TUREIA
Aire linguistique :
MARAGAI
 
Archipel :
TUAMOTU
Classe :
CM 2
Genre littéraire :
TUAKAKAI
 
 
Mānava koutou e te haga tika mana o te henua
Kura ora koutou e te haga manihini
Tātou katoga i kāmui mai ki teie ruki
Kia ora na ki tō tātou fārereihaga
 
 
Ko vau teie ko TEPANO Heimarii
E tika korero au nō te farehakapikihaga nō Tureia
E fakatika atu vau ki te kakai o Oromea
Tē nākō ra teie reko :
 
 
 
Ko Oromea te manu
E manu kōtaha teie nā Tāne
Tāna i fakaherehere
Tāna tororiro kōtaha ki roto ki te kero gaofe
Ē toreu roa ake
Porohia tōna igoa, ko Oromea.
Oromea te gāere henua
E tikahia e tōna rakau tauhaga
 
 
Kia marakorako
Kāore rā ki te topahaga hana
E tika Tāne nō te fāgai ki tāna kōtaha
Ma te poro ki tōna igoa : « Oromea, Oromea. »
Heva ake tāna manu ki te kāpurahaga ki tāna katiga
Fakatika ake tōna gutu, e tōna kākī ki ruga
Hakakoropūpū ake ki tōna haga pererau
Ka marere atu ai ki te area.
 
Kite ake te haga tamariki Tureia kia Tāne
Tē fāgai ra  kia Oromea
Horohorohaga rātou e farofaro, e hipahipa.
Māha ake te oge o te kōtaha
Rere atu ra ki ruga ē tau ake ki ruga ki te rima  o Tāne
Tuku atu ra Tāne kiāna ki ruga ki tōna tauhaga.
 
Garo atu ra Tāne ki tāna mānuhaga
Kōpiri mai ra teie haga tamariki
Nō te kōmirimiri kia Oromea
E oti ake, hoki atu ra rātou
Ki tō rātou haga nohohaga
 
Tupu ake tō Tāne hinagaro e tere ki Gake
Katu atu ra koia ki ruga ki tōna kau ka tere ai
Peke ake Oromea nā ruga kiāna
Ē kia tupage ki te vāhi tāna e noho
Ko Oromea katoga tē tau ra ki uta
Ki ruga ki te gāere.
 
Tē geragera ra nā puga
Teruahaumiti ē Tekariga ki ruga ki te tōau
E haga kena manu te papa ra ki ruga
Fakahokihaga ake ki tōna tere
Nō teie haga kena
Rātou ake e kohugahuga ki te toau
Nō te kimikimi ki te kāvitiviti
E katiga nā rātou
 
 
Tē topa katoga ra te ragi
Ka reka rā tē tohugahuga ra te hana
Hōpere atu ra Oromea ki teie haga kena
Nō te hoki kia Tāne ki Hagaivahine
 
Ruki ake
E marako ake
Kua pāpaki Tāne ki tāna rata
Nō te fakakite ki tō te oire
Mea maitaki tōna nohohaga ki Gake
E nā Oromea e taki ki tāna poroki ki te oire
E kōtaha taki poroki hoki teie
Kāore koia e garo kia peke ki roto ki te hanu kōtaha
E kū kurakura te kahu ki ruga ki tōna pererau
 
Tūea katoga te matarahaga o te gavarihaga o Vanavana
E katu Tāne ki ruga ki te pahī koVaiatea.
Tāna kōtaha katoga tē peke ra nō te ukuuku ki teie tere nō tōna fakatauaroha kia Tāne
 
Tūpage ake te pahī Vaiatea ki te ava nō Vanavana
Oromea kōtaha katoga
Koakoa roa Tāne
E kua fāgai kiāna nō te ātea te vāhi
Tāna i peke mai
 
Tō rāua nohohaga ki ruga ki teie motu
Kāore hoki e rāvega e taki ki te poroki ki Tureia
Ko Oromea anake te rāvega hōpega
Kua pāpaki tō Vanavana ki tā rātou poroki
E hōroga atu ra kia Oromea
Tō teie kōtaha īa fakapekehaga ki
Teie poroki e tāpae ake ki Tureia
Nā reira katoga hoki tō Tureia
 
Tērā īa ! Kua hakarare mai na koutou ki te kākai o Oromea, teie manu kōtaha fakahiehie mau nō tōku kaiga ko Tureia.
Māuruuru ki tō koutou hakararehaga mai. Ka noho rā !
TEHUMU Kapuroro
Bienvenue à tous les représentants du pays.
Bonsoir à vous tous qui avez répondus à cette invitation.
A Nous tous ici rassemblés, bonsoir et bienvenue à cette rencontre.
 
Je me présente, TEPANO Heimarii
Je suis la gagnante du concours de Kōrero de l’école primaire de Tureia.
Je vais vous raconter l’histoire d’un merveilleux oiseau qui se nomme Oromea.
Ecoutez mon récit !
 
Oromea est un oiseau,
Une majestueuse frégate appartenant à Tāne.
Oiseau qu’il chérissait.
Ce petit oiseau grandit dans un panier en fibres de cocos tressées.
Tāne l’a nommé Oromea.
Il porte le nom de la terre qui l’a vu naître et
Sur cette terre se dressait son majestueux perchoir.
 
Aux premières lueurs du jour
Ou au soleil couchant
Tāne avait pour habitude de nourrir son oiseau,
En l’appelant par son nom : « Oromea, Oromea ».
Aussitôt son oiseau dressait son bec et son cou pour réclamer sa pitance.
Déployant ainsi gracieusement ses ailes
Avant de s’élancer dans les airs.
 
Non loin de là, des enfants observaient
Tāne sustentant sa frégate Oromea.
Ils se faufilèrent, pour admirer le spectacle. Lorsqu’enfin l’oiseau fut repu, il s’éleva dans les cieux puis redescendit pour se poser sur le bras de Tāne et
Délicatement, Tāne le posa sur son perchoir.
 
Tāne vaqua à ses occupations. Profitant de son absence, les enfants encerclèrent l’oiseau pour le toucher et le caresser.
Puis, après s’en être lassés, les enfants heureux, rentrèrent chez eux.
 
Un jour, Tāne décida de partir s’installer à Gake pour un temps. Il monta sur son embarcation et vogua. Oromea quitta son perchoir et se mit à planer au dessus de lui. Lorsque Tāne accosta à la pointe de l’île, Oromea se posa également sur le sable.
 
À ce moment-là, non loin de là, au dessus des rocs Teruahaumiti et Tekeriga asséchés par la marée basse, planait une nuée de kena, oiseaux des mers appelés également « Fou Brun ».
Oromea revint sur ses pas pour les rejoindre
Ils virevoltèrent en agitant la mer ensemble
À la recherche de kāvitiviti, petits poissons très prisés par ces derniers, pour s’en nourrir.
 
 
Tout à coup, une petite bruine emplit le ciel tandis que le soleil se couchait lentement, Oromea décida de quitter ses amis pour rejoindre Tāne qui s’était installé sur la terre Hagaivahine.
 
La nuit tomba.
Au lever du jour,
Tāne écrivit une lettre
Pour donner de ses nouvelles aux habitants du village. Il la confia à Oromea pour la porter au village. En effet, son oiseau n’était pas comme les autres, il était capable de porter des messages et on pouvait le reconnaître parmi toutes les grandes frégates car Oromea avait un bout de tissu rouge attaché à son aile.
 
Il se produisit la même chose lorsque vint la campagne de coprah à Vanavana. Tāne embarqua sur le Vaiatea et sa frégate le suivit par les airs. Oromea aimait profondément Tāne au point de le suivre partout. Il ne le quittait jamais.
 
Le Vaiatea arriva au niveau de la passe et Oromea la frégate avec lui.
Tāne fut rempli de bonheur lorsqu’il le vit.
Il le nourrit et le félicita d’avoir parcouru une aussi grande distance.
 
 
Tāne et Oromea vécurent un temps sur l’atoll de Vanavana. Il n’y avait aucun moyen de communication pour donner ou recevoir des nouvelles de Tureia.
Oromea se chargea de porter le courrier de Vanavana aux habitants de Tureia.
Ainsi, firent de même ceux de Tureia pour garder un lien avec ceux de Vanavana.
 
Vous venez d’entendre l’histoire d’Oromea. L’oiseau admirable de mon atoll de Tureia.
Merci de m’avoir écouté.
Au revoir  
 
BEAURY Jean-Pierre
 
Tahiti Informations

Alerte infos polynesie tahiti

LES HORAIRES :


CINEMAS DE TAHITI :

 
INFOS PRATIQUES :

 

vos programmes tv